Incontinence : encore trop de tabous

Dernière mise à jour: mars 2018 | 4657 visites
123-vr-pijn-buik-UWI-blaasinf-10-16.jpg

news Beaucoup de femmes souffrant d’incontinence urinaire ne demandent pas d’aide médicale. Comment expliquer ces réticences ?

Un peu plus de la moitié (55%) tardent trop, indique cette étude danoise. La proportion est peut-être différente dans d’autres pays, mais cela n’enlève rien à l’importance du problème : malgré le fait que des solutions existent, trop de femmes n’en parlent pas à leur médecin, alors que l’incontinence nuit (fortement) à leur qualité de vie.

Cette enquête réalisée auprès de plusieurs milliers de femmes concernées par la problématique a permis de mettre en évidence une série d’éléments importants.

Pourquoi se taisent-elles ?

• Le tabou, la gêne, la honte lorsqu'il s'agit d'évoquer ces troubles.
• Le manque de confiance envers le médecin (mauvaise qualité de la relation médecin - patient).
• La minimalisation des symptômes, alors pourtant qu'ils perturbent les tâches quotidiennes, la vie sociale, les activités physiques.
• La méconnaissance des options thérapeutiques.

Pourquoi consultent-elles ?

• Les symptômes s’aggravent, deviennent trop invalidants, altèrent sévèrement la vie quotidienne.
• L’entourage – conjoint, famille, amis… - incite à s’adresser à un professionnel.

Les chercheurs déduisent de cette enquête que deux facteurs jouent un rôle crucial : l’information (la sensibilisation) et le soutien des proches. La première chose à faire, c’est de briser le tabou, de parler de ce sujet le plus largement possible, et les pouvoirs publics (les autorités de santé) ont d’ailleurs tout à y gagner, non seulement en termes de bien-être des patientes - et des patients ! -, mais aussi en raison des coûts liés à cette affection.

Source: International Continence Society (www.ics.org)
publié le : 24/01/2015 , mis à jour le 13/03/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci