La sexualité jusqu’à un âge (très) avancé

Dernière mise à jour: décembre 2018 | 15260 visites
koppel-ouder-handen-170_400_01.jpg

news La vie sexuelle des personnes âgées n’est pas en berne, loin s’en faut. Jusqu’au plus grand âge, la sexualité participe au bien-être.

L’étude a concerné quelque 6.000 Britanniques (autant d’hommes que de femmes) âgés de 50 à 90 ans, qui ont participé à des entretiens et répondu à des questionnaires sur leur mode de vie en général. Une équipe de spécialistes de l’université de Manchester s’est particulièrement intéressée à la sexualité dans les tranches d’âge les plus élevées.

Que disent les résultats ?

Chez les hommes, 59% des 70 – 79 ans déclarent avoir eu une relation sexuelle (de quelque nature que ce soit) ou s’être masturbés au moins une fois pendant l’année écoulée. La proportion s’établit à 31% au-delà de 80 ans. Chez les femmes, 34% des septuagénaires sont dans ce cas, et 14% après 80 ans.

Au-delà de 70 ans, 31% des hommes et 20% des femmes vivant en couple indiquent qu’ils embrassent et qu’ils font fréquemment des câlins à leur partenaire.

• Parmi ceux et celles qui ont eu un rapport sexuel durant les trois derniers mois, une femme âgée sur dix explique s’être sentie dans l’obligation d’y consentir (sentiment d’avoir été forcée) contre 1% des hommes.

A partir de 50 ans, les problèmes et les préoccupations concernant la sexualité portent, pour les femmes, sur la baisse de la libido et la difficulté à atteindre l’orgasme, et pour les hommes sur les troubles de l’érection et la baisse du désir. Ces soucis s’accentuent avec l’âge.

Les hommes sont plus soucieux de leurs capacités sexuelles que les femmes, et dans cet ordre d’idées, les femmes âgées sexuellement actives sont moins insatisfaites que les hommes (plus sensibles à la « performance », encore que l’âge avançant relativise cela). L’état de santé général influence beaucoup plus la satisfaction sexuelle des hommes que des femmes.

• Parmi ceux et celles qui vivent en couple, deux tiers des hommes et des femmes âgés de plus de 50 ans considèrent que la sexualité reste un élément important (voire essentiel) de la relation.

Les auteurs ajoutent que la sexualité des personnes (très) âgées doit être abordée de manière plus ouverte par les professionnels de la santé, dans la mesure où « elle contribue fortement à leur bien-être physique et psychologique ». Il est grand temps de dépasser les tabous et les stéréotypes, concluent-ils.

Source: Archives of Sexual Behavior (http://link.springer.com/jo)
publié le : 06/04/2015 , mis à jour le 20/12/2018

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci