Douleur : le succès des thérapies alternatives

Dernière mise à jour: septembre 2015 | 5304 visites
123-pijn-psy-depress-9-7.jpg

news Beaucoup de patients souffrant de douleurs chroniques se tournent vers les thérapies non conventionnelles, mais une proportion importante n’en dit rien au médecin traitant.

Cette étude américaine s’est intéressée aux patients présentant un trouble musculo-squelettique à l’origine de douleurs chroniques : arthrose, hernie discale, lumbago, syndrome du canal carpien, tendinite… Ces personnes étaient prises en charge de manière classique, et les chercheurs (Kaiser Permanente) ont voulu déterminer leur propension à recourir, aussi, aux thérapies non conventionnelles, notamment la chiropraxie et l’acupuncture.

Un questionnaire a été adressé à plusieurs milliers de patients, et il s’avère qu’un peu plus de la moitié d’entre eux ont « tenté » la prise en charge alternative. Cette démarche est plus accentuée chez les personnes traitées depuis longtemps avec des antidouleurs opioïdes. L’un des éléments remarquables concerne la non-communication, puisque parmi les adeptes d’une thérapie complémentaire, quatre patients sur dix ne l’ont pas signalé à leur médecin traitant.

Cette absence de dialogue est regrettable, surtout pour le patient, puisque cela nuit à l’optimalisation du traitement. Sachant aussi que la situation a considérablement évolué : alors que naguère, la plupart des médecins « classiques » ne voulaient pas entendre parler de thérapie alternative, ils sont de plus en plus nombreux à considérer qu’une collaboration intelligente, sérieuse, ouverte, entre les thérapeutes peut bénéficier aux patients. Dans ce contexte, les techniques reposant sur la méditation – yoga, pleine conscience, tai-chi… - font d’ailleurs la démonstration de leur intérêt en prévention d’une série de problèmes de santé, mais aussi en soutien des traitements médicaux habituels.

Source: The American Journal of Managed Care (www.ajmc.com)
publié le : 19/09/2015 , mis à jour le 18/09/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci