Endométriose : le spectre de la dépression et de l’anxiété

Dernière mise à jour: avril 2016 | 19002 visites
123-buik-pijn-darm-9-7.jpg

news Les femmes souffrant d’endométriose présentent un risque nettement accru de développer un trouble dépressif ou anxieux.

L’endométriose est définie par la migration de tissu de la muqueuse utérine (l’endomètre : la paroi interne de l’utérus) vers d’autres organes, en particulier les ovaires, mais cela peut aussi concerner les intestins, la vessie ou les reins. Les fortes douleurs dans le bas-ventre constituent le symptôme le plus fréquent. Une proportion importante de femmes en âge de procréer est concernée (10% estime-t-on).

Une association entre l’endométriose et les troubles anxio-dépressifs a été suggérée par certaines études, rappelle le Dr Alain Cohen (Journal international de médecine). Celle-ci a réuni quelque 20.000 femmes âgées de 27 à 45 ans, dont la moitié présentaient une endométriose. Le résultat du suivi montre que ces patientes s’exposent à un risque nettement accru de développer soit une dépression majeure, soit un trouble dépressif, soit un trouble anxieux. L’augmentation de ce risque varie de 39% à 69%, en fonction de l’âge et du type de problème : 39% pour le trouble anxieux chez les moins de 40 ans, et jusqu’à 69% pour la dépression majeure au-delà de 40 ans.

L’explication renvoie à l’impact psychologique de la maladie (qualité de vie…), ainsi qu’à l’hypothèse de réactions inflammatoires en cascade, expliquent les chercheurs, avec une perturbation à distance des aires cérébrales impliquées dans l’humeur. En tout cas, il paraît évident que les femmes souffrant d’endométriose doivent faire l’objet d’une attention spécifique sur ce plan aussi.

Source: Journal of Affective Disorders (www.journals.elsevier.com/j)
publié le : 07/04/2016 , mis à jour le 06/04/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci