Comment fonctionne le centre antidouleur de notre cerveau ?

Dernière mise à jour: mai 2016 | 2962 visites
anat-hers-synaps-neurol-170_400°_01.jpg

news Notre cerveau dispose d’une petite entité de neurones très spécialisés qui interviennent pour atténuer la sensation douloureuse : ce mécanisme est à présent mieux compris.

Un coup de marteau sur les doigts, cela fait mal, mais la douleur aurait été encore plus forte sans l’action très rapide de l’ocytocine, une hormone (un neuropeptide, en fait) impliquée dans un éventail de processus (de la contraction de l’utérus lors de l’accouchement à la régulation des interactions sociales). Ici, une équipe internationale a étudié son rôle dans la perception de la douleur, et la manière dont se produit sa libération.

En cas de douleur aiguë (brûlure, pincement, coupure…), les terminaisons nerveuses transmettent l’information – attention, alerte ! – aux neurones de la moelle épinière. Ceux-ci interprètent l’intensité du message, le codent, et envoient à leur tour le signal vers les neurones du cerveau. Et en particulier à une population d’une trentaine de petites cellules ultra-spécialisées situées dans l’hypothalamus : c’est cette entité que viennent d’identifier les chercheurs.

Etape suivante : ces petits neurones activent une famille de gros neurones (appelés neurones magnocellulaires), toujours localisés dans l’hypothalamus, qui décident alors de libérer l’ocytocine dans la circulation sanguine, afin d’atténuer le signal douloureux qui continue à être envoyé au cerveau. En parallèle, les petits neurones disposent de prolongements (axones) en connexion directe avec la moelle épinière, ce qui leur permet d’activer la libération d’ocytocine au cœur de la « tour de contrôle » de la douleur.

En somme, un double mécanisme (sang et moelle épinière) pour un double effet antidouleur. Tout ceci est un peu compliqué, mais ce qu’il faut surtout retenir, c’est que la compréhension de ce processus dégage des pistes prometteuses dans le traitement des douleurs pathologiques. L’équipe poursuit ses recherches afin de déterminer cette fois l’implication de ce petit groupe de neurones dans la libération d’ocytocine pendant l’allaitement maternel, et dans certains comportements sexués.

NeuronesDouleur.jpg
L'image : 30 petits neurones de l'hypothalamus exercent un double effet analgésique. Ils provoquent une libération d'ocytocine à la fois dans la moelle épinière profonde, grâce à leurs longs prolongements (axones), et dans le sang afin d'inhiber les neurones sensibles au stimulus douloureux. Ces deux mécanismes sont représentés, respectivement, par la région en rouge dans la moelle épinière, et par la goutte de sang.

Source: Neuron (www.cell.com/neuron/home)
publié le : 25/05/2016 , mis à jour le 24/05/2016

Réagissez

Masquer mes données personnelles :
votre nom et votre adresse e-mail n'apparaîtront pas avec votre réaction
Prévenez-moi en cas de réaction à mon message :
vous serez prévenu lorsque quelqu'un réagira à votre message.
signes restants.
pub
x

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter: