Rhinite allergique : attention à l'asthme

Dernière mise à jour: octobre 2016 | 5951 visites
123-kind-zakd-ziek-hoest-verkoud-1710_01.jpg

news La rhinite allergique est une inflammation des muqueuses nasales qui se manifeste par des salves d'éternuements, un nez bouché ou qui coule et souvent une conjonctivite (yeux rouges, qui pleurent ou qui piquent). Lors d’une rhinite allergique, le mucus est liquide et incolore. Elle ne s’accompagne pas de fièvre ni de maux de tête, contrairement à un refroidissement.

Si votre enfant a souvent le nez bouché ou qui coule le matin au réveil, il souffre probablement de rhinite allergique causée par des acariens présents dans la literie. Si votre enfant présente des symptômes similaires mais plutôt en journée, par exemple après une promenade, il souffre alors probablement de rhinite allergique provoquée par le pollen.

La rhinite allergique est l'un des facteurs qui conduit à l’asthme. Selon l’Institut national (français) de la santé et de la recherche médicale, l'Inserm, une rhinite allergique durant l’enfance multiplierait par trois le risque de développer de l’asthme. L’asthme est une affection fréquente, dont les premiers symptômes se manifestent le plus souvent durant l’enfance. A défaut d'un traitement adapté, la maladie peut - beaucoup - détériorer la qualité de vie. Elle entraîne insomnies, absentéisme scolaire et une diminution des activités.

Poils de chat, pollen et acariens


L’asthme se caractérise par une respiration sifflante causée par une inflammation des voies respiratoires et un rétrécissement des bronches. L’inflammation provoque également des sécrétions excessives de mucus. La présence de mucus et le rétrécissement des bronches provoquent des quintes de toux ainsi que des difficultés respiratoires. L’asthme ne se guérit pas, mais il peut être gardé sous contrôle grâce à un traitement médicamenteux qui diminue la sévérité et la fréquence des crises, mais uniquement lorsque les symptômes se manifestent. Dans un premier temps, il est fondamental de se protéger contre les facteurs déclenchants présents dans l’environnement : acariens, pollen, fumée de cigarette...

La fréquence et la sévérité des crises varient d’un patient à l’autre. Les symptômes peuvent s’aggraver lors d’un effort physique ou la nuit. Entre deux crises, il peut s'écouler des jours, des semaines, voire des mois, pendant lesquels la respiration est normale. Un examen médical s'articulant autour d'une anamnèse et d'un examen clinique permet d’évaluer la gravité de l’asthme et d’en déceler les causes.

Même si dans la plupart des cas les médicaments permettent de garder l'asthme sous contrôle, il est important de s'attaquer à la source, sachant que les trois principaux facteurs déclenchants (toutes catégories d'âge confondues) de la rhinite allergique sont, par ordre croissant : les squames (poils) de chat, le pollen et les acariens.

••• Vous pourriez être allergique aux acariens sans le savoir... faites le test ! Pour participer et tenter de gagner un DUO Kit Acar’Up : cliquez ici.

Source: Inserm (www.inserm.fr/thematiques/i
publié le : 20/10/2016 , mis à jour le 19/10/2016

Réagissez

Masquer mes données personnelles :
votre nom et votre adresse e-mail n'apparaîtront pas avec votre réaction
Prévenez-moi en cas de réaction à mon message :
vous serez prévenu lorsque quelqu'un réagira à votre message.
signes restants.
pub
x

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter: