Alcool et médicaments : attention, danger

Dernière mise à jour: juin 2017 | 5171 visites
123m-alcohol-geneesmid-15-5.jpg

news Les interactions entre les médicaments et l’alcool peuvent être (très) sévères. Il est important que les patients soient conscients des risques… et qu’ils les évitent.

Le Centre belge d’information pharmaco-thérapeutique (CBIP) a rédigé une note d’information détaillée (voir le lien ci-dessous), résumée ici en une série de points forts.

Les interactions potentiellement graves lors de chaque prise d’alcool (consommation occasionnelle ou chronique) sont entre autres une interférence avec les effets centraux (notamment le renforcement de la sédation avec les médicaments sédatifs, « calmants »), un effet « disulfirame » (rougeur du visage, mal de tête pulsatile, palpitations, nausées, vomissements…), un risque accru d’hypotension (avec les dérivés nitrés, les antihypertenseurs…) et d’hypoglycémie (avec les antidiabétiques).

Les interactions particulièrement importantes en cas de consommation excessive et chronique d’alcool sont entre autres un risque accru de toxicité hépatique (méthotrexate, paracétamol…) et d’hémorragie gastro-intestinale (acide acétylsalicylique, Ains).

• Il existe des valeurs limites qui définissent la consommation d’alcool « inoffensive », mais elles donnent une fausse impression de sécurité en cas de prise de médicaments à effets sédatif. Le risque d’accident de la route, et de traumatisme grave, augmente de manière disproportionnée quand on roule sous l’influence d’une combinaison d’alcool et d’un médicament à effet dépresseur central.

Le CBIP ajoute que « dans l’ensemble, tant le patient que le médecin ne sont pas suffisamment vigilants en ce qui concerne les interactions avec l’alcool : on n’insiste pas assez sur les mises en garde, et le degré de consommation d’alcool est rarement abordé lors de la consultation médicale ou lors de l’entretien avec le pharmacien ». Une attention toute particulière doit être accordée aux médicaments sédatifs, pour lesquels « il convient de viser à une abstinence totale d’alcool, en particulier lorsqu’on prévoit de réaliser une tâche qui exige d’être vigilant, comme conduire une voiture ».

••• Pour accéder à la note d’information du CBIP (avec la liste des médicaments et leurs interactions spécifiques avec l’alcool) : cliquez ici.

Source: CBIP (www.cbip.be/fr/start)
publié le : 06/06/2017 , mis à jour le 05/06/2017

Réagissez

Masquer mes données personnelles :
votre nom et votre adresse e-mail n'apparaîtront pas avec votre réaction
Prévenez-moi en cas de réaction à mon message :
vous serez prévenu lorsque quelqu'un réagira à votre message.
signes restants.
pub
x

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter: