Pourquoi ronfle-t-on ?

Dernière mise à jour: mai 2017 | 2117 visites
123-p-koppel-bed-snurken-170-10.jpg

conseil Pourquoi ronfle-t-on ? Comment se produisent les ronflements ? Quels sont les facteurs de risque ? Voici ce que vous devez absolument savoir sur les mécanismes à l'origine de ce (bruyant) phénomène.

Les ronflements sont causés par la vibration des muqueuses du pharynx en raison d’un rétrécissement des voies respiratoires entre le nez et les cordes vocales. Certaines personnes ronflent très fort : l’intensité des ronflements varie de 40 à plus de 80 décibels (l’équivalent d’un cri puissant). La limite maximale supportable dans une maison est de 45 décibels.

Un ronflement bruyant peut être causé par une perturbation du rythme de sommeil du partenaire du ronfleur ou du ronfleur lui-même. Cela peut mener à de la fatigue et de la somnolence en journée, de l’irritabilité, des problèmes de concentration…

Comment apparaissent les ronflements ?


Dans des circonstances normales, les muscles du pharynx font en sorte qu'il reste ouvert durant le sommeil et que le passage de l’air inhalé s'effectue normalement. Si ces muscles sont moins actifs ou si la structure du pharynx présente des anomalies qui compliquent ce passage, le flux d’air devient turbulent, la muqueuse du pharynx commence à vibrer et les ronflements apparaissent.

En général, on constate un rétrécissement de la luette (transition du nez à la gorge) ou de la partie du pharynx située derrière la langue, qui s’explique par un relâchement musculaire pendant le sommeil. Il est également possible, surtout en position couchée sur le dos, que la langue se positionne vers l’arrière et réduise cet espace.

Ce rétrécissement provoque un bruit dans la gorge lors de l’inspiration : les muscles relâchés, la langue et le pharynx sont aspirés les uns vers les autres et vibrent. On peut comparer cela au bruit de l’air qui sort d’un ballon dont on rétrécit l'ouverture.

Lorsque le pharynx se resserre davantage et que les voies respiratoires sont proches de la fermeture, une pause respiratoire se produit : on parle d’apnée du sommeil. Une apnée peut durer entre 10 secondes et une minute. Chez certaines personnes, elles se produisent plusieurs centaines de fois par nuit. Cela altère le sommeil profond et peut causer des maux de tête, de la fatigue et des troubles de la concentration. Divers problèmes de santé (notamment cardiaques) peuvent en découler.

Qui ronfle ?


Aussi bien les enfants que les adultes. Le risque de ronflement augmente avec l’âge, à partir de 40 ans. À l’âge adulte, 20 à 40% des femmes et 40 à 60% des hommes, soit presque deux fois plus, ronflent. Les femmes rattrapent les hommes après la ménopause. Jusqu’à 10% des ronfleurs font des apnées du sommeil.

Quelles sont les facteurs de risque ?


Chez l'enfant, la cause la plus fréquente du ronflement est un grossissement anormal des amygdales et/ou végétations, ou la présence de polypes. Une autre cause importante est le rhume. Une cause moins fréquente est une malformation congénitale de la face ou un trouble neurologique (par exemple en cas de syndrome de Down, avec la langue qui est plus épaisse).

Chez l'adulte, on a souvent affaire à une combinaison de plusieurs facteurs.

• Dans certains familles, on ronfle beaucoup dès le plus jeune âge. C’est probablement dû à un pharynx étroit héréditaire.
• L'âge : en vieillissant, les muscles se relâchent davantage.
• L'obésité : il y a davantage de tissu adipeux dans la gorge.
• Le tabagisme : la recherche montre que les personnes qui fument ont deux fois plus de problèmes de ronflements.
• La consommation d’alcool, en particulier juste avant d’aller dormir : l’alcool relaxe les muscles de la bouche, de la langue et de la gorge.
• Certains médicaments comme les sédatifs et les tranquillisants, ou encore ceux contre les allergies, qui décontractent également les muscles.

• Des particularités physiologiques des voies respiratoires supérieures :

- la déviation de la mâchoire inférieure ou supérieure
- la langue ou la luette longues, molles ou épaisses
- de trop grandes amygdales (surtout chez les enfants)

• le nez bouché
• l'affaiblissement des muscles de la gorge
• la glande thyroïde trop faible et la relaxation des muscles qui en découle
• la position couchée sur le dos, qui augmente le risque de ronflements mais aussi leur intensité.
• le reflux : l’acide gastrique irrite les muqueuses, ce qui les épaissit
• la respiration par la bouche
• le port d'une prothèse dentaire


publié le : 16/05/2017 , mis à jour le 15/05/2017

Réagissez

Masquer mes données personnelles :
votre nom et votre adresse e-mail n'apparaîtront pas avec votre réaction
Prévenez-moi en cas de réaction à mon message :
vous serez prévenu lorsque quelqu'un réagira à votre message.
signes restants.
pub
x

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter: