Coloration des cheveux : un risque pour la femme enceinte ?

Dernière mise à jour: juin 2017 | 809 visites
123-zw-geluk-bed-170-3.jpg

conseil Bien qu’il n’ait jamais été prouvé que les colorants capillaires aient un effet néfaste sur le foetus, il est toujours conseillé de rester prudente durant la grossesse et de faire l’impasse sur ces produits. On ignore en effet s’il y a des risques et lesquels.

Certaines études ont montré que des doses très élevées de produits chimiques tels que ceux utilisés dans les colorations permanentes ou semi-permanentes des cheveux pourraient causer des dommages. Mais les doses dans les colorations vendues dans le commerce sont bien plus faibles que cela.

Les femmes qui sont souvent en contact avec des colorants capillaires chimiques, comme les coiffeuses, courent un risque légèrement plus élevé de fausse couche ou d’anomalie chez le bébé. En outre, il existe toujours un risque de réaction allergique aux produits chimiques utilisés pour la coloration ou la décoloration, ainsi qu'un risque d’indisposition à cause de l’odeur de ces produits.

Si vous voulez quand même colorer ou décolorer vos cheveux, il est conseillé d’effectuer un test préalable pour évaluer votre sensibilité au produit. La plupart des femmes choisissent d’elle-même d’attendre jusqu’à 12 semaines de grossesse afin de préserver leur bébé de tout risque potentiel, plus élevé durant les premiers mois.

Quels conseils pour limiter les risques ?

• Portez des gants.
• Laissez agir la teinture un minimum de temps.
• Faites-le dans un endroit bien ventilé.
• Rincez abondamment la tête après la coloration.

Vous pouvez aussi opter pour un balayage, qui ne nécessite du colorant que sur certaines mèches de cheveux et ne risque pas de pénétrer votre peau. Les colorations semi-permanentes à base de colorants purs végétaux, comme le henné, sont une alternative sans danger.

Les produits de manucure et de pédicure contiennent également de nombreux produits chimiques. Mais tout comme pour les colorations capillaires, il n’y a aucune preuve permettant d'affirmer qu'ils auraient des effets négatifs pendant le grossesse. On peut éventuellement tout de même privilégier les produits naturels, sans substances chimiques.


publié le : 11/06/2017 , mis à jour le 10/06/2017

Réagissez

Masquer mes données personnelles :
votre nom et votre adresse e-mail n'apparaîtront pas avec votre réaction
Prévenez-moi en cas de réaction à mon message :
vous serez prévenu lorsque quelqu'un réagira à votre message.
signes restants.
pub
x

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter: