Arthrose du genou : pas trop vite pour la prothèse

Dernière mise à jour: juillet 2017 | 3 réactions | 11240 visites
123-artrose-knie-pijn-5-30.jpg

news La pose d’une prothèse de genou en cas d’arthrose (gonarthrose) est de plus en plus fréquente. Le problème, c’est qu’elle risque d’intervenir trop tôt, sans bénéfice majeur pour le patient.

Aux Etats-Unis, le nombre d’interventions de ce type a doublé depuis l’année 2000, observe le Dr Roseline Péluchon (Journal international de médecine). Cet accroissement spectaculaire est « la conséquence de l’élargissement des critères d’éligibilité, et principalement de l’augmentation des poses de prothèse chez les patients moins symptomatiques, dans la classe d’âge des 45 - 64 ans. Or, certaines études montrent qu’environ un tiers des patients qui ont bénéficié d’une prothèse du genou présenteront encore des douleurs après l’opération, et que les bénéfices de la pose d’une prothèse sont supérieurs chez ceux dont l’état fonctionnel était le moins bon ».

Les patients les plus sévèrement atteints


Pour affiner tout cela, une équipe américaine (Mont Sinai) et néerlandaise (Erasmus MC) a suivi pendant une dizaine d’années quelque 5000 patients (45 - 79 ans), afin d’évaluer les bénéfices fonctionnels et en termes de qualité de vie de la pose d’une prothèse. Le Dr Péluchon explique en substance : « Force est de constater que la pratique actuelle reposant sur un plus large intervalle d’âge s’accompagne d’un effet relativement peu important sur la qualité de vie, quand on considère l’ensemble de la cohorte. Les changements concernant la prise de médicaments et les scores de bien-être mental sont minimes et hétérogènes. L’amélioration la plus remarquable concerne, comme attendu, les patients dont les scores étaient les plus défavorables avant l’intervention ».

Ceci ne signifie évidemment pas que la pose d’une prothèse de genou présente globalement des avantages modestes : ce que soulignent ces résultats, c’est que « les patients opérés du fait de la tendance à l’extension des indications pourraient retirer moins de bénéfices de l’intervention ». Le Dr Péluchon poursuit : « Finalement, la stratégie la plus performante consiste bien à ne réaliser une pose de prothèse de genou que chez les patients les plus sévèrement atteints ».

Voir aussi l'article : Prothèse de genou et de hanche : quelle durée de vie ?

Source: BMJ (www.bmj.com/thebmj)
publié le : 17/07/2017 , mis à jour le 16/07/2017

Réactions à "Arthrose du genou : pas trop vite pour la prothèse"

Arthrose du genou : pas trop vite pour la prothèse

par vereecke, 18 juillet 2017 à 11:25

dernier examen ce 20 juin confirme mon état d'arthrose sévère à mes 87 ans continue traitement"Gambaran"Envisage pose prothése fin 2.018.Clinique Ste Elisabeth BRUXELLES

Arthrose du genou : pas trop vite pour la prothèse

par anonyme, 17 juillet 2017 à 12:29

Mon épouse est atteinte de gonarthrose. 3 médecins spécialistes ont été consultés et tous disent que, compte tenu de la longévité restreinte de la prothèse (environ 15 ans), il n'est pas recommandé de la placer avant l'âge de 70 ans, sauf souffrance.

Réagissez

Masquer mes données personnelles :
votre nom et votre adresse e-mail n'apparaîtront pas avec votre réaction
Prévenez-moi en cas de réaction à mon message :
vous serez prévenu lorsque quelqu'un réagira à votre message.
signes restants.
pub
x

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter: