Poids et allergies : l’effet chien et chat

Dernière mise à jour: juillet 2017 | 1 réactions | 4540 visites
123m-dieren-hond-kat-10-7.jpg

news La présence d’un animal de compagnie pendant la grossesse influencerait la probabilité que l’enfant développe une allergie ou soit en surpoids : les bactéries intestinales joueraient un rôle clé.

Il a déjà été suggéré qu’un enfant vivant dès son plus jeune âge avec un chien ou un chat s’exposait à moins de risques d’allergie et d’excès de poids, rappelle cette équipe canadienne (université de l’Alberta). L’hypothèse renvoie à des singularités du microbiote intestinal (les bactéries) chez ces enfants, avec un effet bénéfique sur le métabolisme. Ici, les chercheurs ont examiné l’influence de l’exposition à un animal de compagnie pendant la grossesse et juste après la naissance auprès d’un groupe de quelque 800 enfants, sachant que dans la moitié des cas, la maman avait vécu avec un chien (70%) ou un chat alors qu’elle était enceinte. Quatre mois après l’accouchement, des analyses de selles ont vérifié le type de bactéries présentes dans les intestins des bébés.

Le résultat met en évidence, chez les nourrissons avec un animal de compagnie, une surabondance (au moins deux fois plus) des genres Oscillospira et Ruminococcus, « qui ont été associés à une réduction du risque d’allergie et d’obésité chez l’enfant ». Et cette forte présence bactérienne est indépendante de paramètres comme l’allergie maternelle, les antécédents de grossesse, l’alimentation exclusive au sein, et d’autres caractéristiques, concernant notamment l’environnement familial (lieu de résidence, statut socio-économique…).

Il apparaît donc que l’exposition à un animal de compagnie pendant la grossesse et juste après produit un effet sur le microbiote intestinal du bébé, avec le développement de « bonnes » bactéries, qui vont agir sur le système immunitaire (allergie) et le métabolisme (poids). Les auteurs s’interrogent sur la possibilité d’utiliser ces bactéries saines, sous forme de probiotiques, comme outils de prévention de l’allergie et de l’obésité.

Source: Microbiome (https://microbiomejournal.b)
publié le : 01/08/2017 , mis à jour le 31/07/2017

Réactions à "Poids et allergies : l’effet chien et chat"

Réagissez

Masquer mes données personnelles :
votre nom et votre adresse e-mail n'apparaîtront pas avec votre réaction
Prévenez-moi en cas de réaction à mon message :
vous serez prévenu lorsque quelqu'un réagira à votre message.
signes restants.
pub
x

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter: