« Je suis un cobaye humain payé 200 € par jour »

Dernière mise à jour: août 2017 | 1439 visites
123-ziekenhuis-medic-9-21.jpg

dossier Le 15 janvier 2016, un test pharmaceutique tourne au drame au CHU de Rennes (France). Six personnes sont hospitalisées après avoir testé un antidouleur destiné à traiter des personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Deux jours plus tard, l’une d’elles, un homme de 49 ans, décédera après avoir été déclaré en état de mort cérébrale.

Si ce type d’accident demeure statistiquement rarissime, il remet régulièrement sur le devant de la scène la question du rapport risques/bénéfices pour les « cobayes ». Dans le processus de mise au point d’un médicament, le test sur des humains en bonne santé intervient juste après celui sur les animaux, et avant celui sur des malades volontaires. Son but est d’analyser comment l’organisme assimile les substances chimiques, par quelles voies il les élimine, à quelle dose la molécule est efficace et si des effets secondaires apparaissent.

••• Pour lire la suite de l'article sur le site du Soir Mag : cliquez ici.


publié le : 10/08/2017 , mis à jour le 09/08/2017

Réagissez

Masquer mes données personnelles :
votre nom et votre adresse e-mail n'apparaîtront pas avec votre réaction
Prévenez-moi en cas de réaction à mon message :
vous serez prévenu lorsque quelqu'un réagira à votre message.
signes restants.
pub
x

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter: