Seniors : un supplément de testostérone est-il utile ?

Dernière mise à jour: octobre 2017 | 5756 visites
123-koppel-bed-oud-5-9.jpg

news Chez l’homme, le taux de testostérone diminue avec l’âge, avec un effet possible sur la sexualité, la vitalité et le risque cardiovasculaire. Question : une supplémentation permet-elle d’améliorer la situation ?

Le Centre belge d’information pharmaco-thérapeutique (CBIP) a synthétisé les résultats de sept études réalisées sur le sujet, incluant des seniors présentant un faible taux de testostérone. Pendant un an, des suppléments ont été administrés sous forme de gel transdermique à la moitié des participants, et un placebo aux autres. Sept paramètres ont été examinés.

La fonction sexuelle, la fonction physique et la vitalité. Aucune différence significative entre les groupes n’a été constatée en ce qui concerne la fonction physique et la vitalité. Une amélioration modeste est observée pour la fonction sexuelle dans le groupe testostérone (+ 0,58 point en moyenne sur une échelle de 0 à 12). Le CBIP indique que chez les hommes avec un faible taux de testostérone, obèses et/ou hypertendus, il importe avant tout de prendre correctement en charge le surpoids et l’hypertension, qui peuvent dégrader la libido et la condition physique.

La fonction cognitive. Il n’y a pas d’amélioration des troubles de la mémoire ou d’autres fonctions cognitives chez les patients traités par testostérone. Cependant, ajoute le CBIP, la durée du suivi est certainement trop courte pour pouvoir évaluer la fonction cognitive.

La densité osseuse. Les résultats montrent une augmentation de la densité minérale osseuse chez les hommes traités par testostérone, principalement aux vertèbres lombaires, mais il n’est pas prouvé que ce traitement diminue le risque de fracture.

L’anémie. On remarque une augmentation du taux d’hémoglobine chez 54% des patients présentant une anémie de cause indéterminée traités par testostérone (15% chez ceux qui ne l’ont pas été) et chez 52% des patients avec une anémie de cause connue (19% sans testostérone). L’impact clinique de cet effet n’est cependant pas clair.

Le risque cardiovasculaire. Aucun événement cardiovasculaire lié au traitement par testostérone n’a été rapporté. Dans un sous-groupe avec un risque cardiovasculaire élevé (obésité, hypertension, tabagisme, diabète de type 2), la supplémentation en testostérone s’accompagne d’une augmentation significative de la plaque coronarienne, ce qui pourrait indiquer un risque cardiovasculaire accru.

Le CBIP conclut que sur base des éléments disponibles, il n’y a pas d’arguments pour recommander une supplémentation en testostérone chez les seniors âgés, et il convient de tenir compte des incertitudes concernant l’augmentation possible du risque cardiovasculaire. Des études à plus grande échelle et sur une plus longue durée sont en cours.


publié le : 10/10/2017 , mis à jour le 09/10/2017

Réagissez

Masquer mes données personnelles :
votre nom et votre adresse e-mail n'apparaîtront pas avec votre réaction
Prévenez-moi en cas de réaction à mon message :
vous serez prévenu lorsque quelqu'un réagira à votre message.
signes restants.
pub
x

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter: