Cancer : pourquoi les grands sont-ils plus à risque ?

Dernière mise à jour: octobre 2017 | 1160 visites
123-groep-mensen-voorkomen-lich-07-17.jpg

conseil Diverses études ont montré que les personnes de grande taille (hommes et femmes) présentaient un risque plus élevé de cancer. Cette association a été établie pour au moins six types de cancer. Comment expliquer cela ?

Pour chaque tranche de 5 cm, le risque relatif augmente selon les pourcentages suivants.

• cancer du rein : + 10%
• cancer du sein pré et post-ménopausique : + 9 et + 11%
• cancer de l’ovaire : + 8%
• cancer du pancréas : + 7%
• cancer du côlon : + 5%
• cancer de la prostate : + 4%

Le risque serait également accru pour le cancer de la peau : environ 15% par 5 cm, mais la recherche n’a pas encore fini son travail sur ce point.

Quelle explication ?

Les spécialistes pensent que ce n’est pas tant la taille qui augmente le risque de cancer que le processus de croissance qui a permis à la personne d’atteindre cette taille.

Le processus de croissance est influencé par les gènes, mais aussi par des facteurs de croissance (hormones de croissance, hormones sexuelles…) qui jouent un rôle depuis le stade foetal jusqu’à l’adolescence.

Il est très important de savoir quels aspects de la croissance depuis la naissance jusqu’à l’âge adulte affectent le risque de cancer. On ne peut pas changer la taille d’un adulte, mais on peut peut-être influer sur la manière dont la croissance va se dérouler, notamment en intervenant sur l’alimentation.

Qu’est-ce qui affecte la croissance ?

On sait qu'en règle générale, une personne grandit jusqu’à l’âge de 20 ans environ. La taille qu’elle atteint dépend de ses gènes, mais aussi de l’environnement et de la qualité de l'alimentation et de la quantité de nourriture au cours des années de croissance et de développement.

On sait également que les enfants trop lourds pour leur taille (par excès de graisse) grandissent plus vite et sont plus grands (et plus gros) à l’âge adulte. Ils franchissent également plus tôt les étapes importantes de la croissance et du développement. Dans les pays occidentaux - où les individus sont dans l’ensemble grands et où le surpoids est un sérieux problème -, on voit par exemple que l’âge où les filles ont leurs premières règles est passé d’environ 15 ans à 11 ans durant la dernière décennie.

Ceci peut être le résultat direct ou indirect de la nutrition pendant les phases de croissance et de développement, et de l'équilibre des hormones sexuelles, qui affectent à la fois notre apparence (comme la taille), ainsi que la croissance et le comportement de nos cellules.

Ceci étant, être grand n’est pas forcément une mauvaise chose. Les personnes de grande taille sont ainsi moins exposées au risque de maladie cardiovasculaire et de diabète. C’est l’une des raisons pour lesquelles la recherche sur le lien entre la taille et diverses maladies est importante.

Il faut en savoir plus sur les mécanismes qui sous-tendent cette association pour pouvoir donner aux parents des conseils nutritionnels pour une croissance optimale qui réduise le risque de diverses maladies.


publié le : 04/10/2017 , mis à jour le 03/10/2017

Réagissez

Masquer mes données personnelles :
votre nom et votre adresse e-mail n'apparaîtront pas avec votre réaction
Prévenez-moi en cas de réaction à mon message :
vous serez prévenu lorsque quelqu'un réagira à votre message.
signes restants.
pub
x

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter: