Céphalée en grappe : l'insupportable douleur

Dernière mise à jour: octobre 2017 | 1036 visites
123m-hoofdpijn-moe-depress-28-9.jpg

conseil On parle de céphalée en grappe, d'algie vasculaire de la face, de céphalée de Horton ou de cluster headache : ces maux de tête, à différencier de la migraine, sont caractérisés par une douleur extrêmement intense, voire insupportable. Quels sont les autres symptômes et le traitement ?

La céphalée en grappe est relativement peu fréquente, mais très sévère. La douleur ressentie par certains patients peut aller jusqu'à la pulsion suicidaire. On évalue le nombre de personnes atteintes à environ une sur 1000. La céphalée en grappe survient 4 à 5 fois plus chez les hommes, surtout entre 20 et 50 ans.

La maladie est trop souvent confondue avec d'autres problèmes de santé, et le diagnostic est alors posé tardivement. Les patients doivent attendre longtemps avant d’être correctement soignés. Un diagnostic correct intervient en moyenne quatre ans (!) après les premiers symptômes. Nombreux sont les patients qui sont traités à la mâchoire, aux sinus, au nez ou aux dents, en raison d'une mauvaise évaluation de la situation.

L'attaque en grappe (épisodes)

Les céphalées en grappe doivent leur nom au fait que les attaques se produisent en grappe (épisodes) : les patients connaissent des périodes de plusieurs semaines à plusieurs mois avec de nombreuses attaques et des périodes de plusieurs mois à plusieurs années sans problème.

La maladie débute généralement par plusieurs jours à plusieurs semaines comprenant une attaque de temps en temps. Ensuite, le nombre d’attaques augmente rapidement et à la fin, il diminue à nouveau. Dans certains cas, il peut arriver que ces attaques ne se produisent pas par épisodes mais de manière chronique tout au long de l’année.

• Les attaques courtes (15 minutes à 3 h) se produisent au moins une fois tous les deux jours, jusqu’à 8 fois par jour.
• Elles surviennent durant des périodes de 2 à 12 semaines, une ou deux fois par an, surtout au printemps et à l’automne.
• Les attaques reviennent souvent aux mêmes heures, y compris la nuit.

Une douleur très sévère

Une douleur très sévère et parfois même insupportable se manifeste d’un côté de la tête. Elle augmente rapidement. Elle est décrite comme équivalente à celle de la pointe d’un couteau enfoncée dans le crâne.

La douleur se concentre unilatéralement autour du globe oculaire et de l’os pariétal mais elle peut irradier vers les autres parties de la tête, le cou et les épaules.

Les autres symptômes

Pour pouvoir parler de céphalée en grappe, la douleur doit être accompagnée d’au moins un des symptômes suivants du côté où elle se manifeste :

• oeil larmoyant et rouge
• nez qui coule ou bouché
• paupière pendante ou enflée
• pupille plus petite
• impression d’oreille bouchée
• transpiration ou front rouge

L'agitation

Contrairement à la migraine, qui réclame du silence et du repos, les céphalées en grappe excitent et agitent le patient.

Le traitement

Il existe des traitements de crise et des traitements de fond. Le principal traitement de crise est le sumatriptan. L’oxygène avec masque montre une réelle efficacité.


publié le : 15/10/2017 , mis à jour le 14/10/2017

Réagissez

Masquer mes données personnelles :
votre nom et votre adresse e-mail n'apparaîtront pas avec votre réaction
Prévenez-moi en cas de réaction à mon message :
vous serez prévenu lorsque quelqu'un réagira à votre message.
signes restants.
pub
x

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter: