Comment le petit déjeuner protège les artères

Dernière mise à jour: décembre 2017 | 11330 visites
123-koppel-eten-ontbijt-geluk-170-9.jpg

news Voici une démonstration supplémentaire de l’importance du petit déjeuner : sauter ce repas risque de faire beaucoup souffrir les artères.

De plus en plus d’études mettent en évidence le fait que si la composition de l’assiette joue un rôle clé dans l’équilibre nutritionnel, le nombre et le rythme des repas interviennent aussi, et d’une manière loin d’être négligeable. Voici une nouvelle démonstration concernant spécifiquement le petit déjeuner.

Une équipe espagnole (Centro nacional de investigaciones cardiovasculares) a analysé des données concernant quelque 4000 adultes, hommes et femmes, âgés de 40 à 54 ans, intégrés précédemment dans une étude de suivi concernant l’athérosclérose. Ce processus est caractérisé par la formation d’une plaque d’athérome (dépôt) sur la paroi interne de l’artère, qui perd progressivement de son élasticité, et qui est de plus en plus obstruée au fur et à mesure que le dépôt se développe.

Les chercheurs ont vérifié par échographie Doppler la présence de plaques d’athérome dans l’aorte (cœur), les artères carotides (dans le cou, vers le cerveau) et les artères fémorales (jambes), afin de détecter une athérosclérose infra-clinique (existante mais sans symptômes). Les participants ont été répartis en trois groupes, selon la part des calories quotidiennes apportées par le petit déjeuner.

• plus de 20% de l’apport calorique quotidien
• entre 5 et 20%
• moins de 5%

Résultat : comparée au petit déjeuner à fort apport calorique (par rapport au total quotidien), l’absence régulière de petit déjeuner est associée à un risque multiplié par deux à trois de développer de l’athérosclérose généralisée. « De plus », ajoute en substance le Dr Robert Haïat (Journal international de médecine), « les personnes qui sautent le petit déjeuner sont plus susceptibles de moins bien s’alimenter, de consommer trop d’alcool ou de fumer ». Ce n’est pas une généralité, mais pour ceux qui cumulent les facteurs de risque, ces comportements ajoutent évidemment à la menace cardiaque et vasculaire. On retiendra donc que pour protéger ses artères, le petit déjeuner doit tenir une place importante dans les repas quotidiens, en contribuant de manière significative à l’apport calorique global.

Voir aussi l'article : Poids : quel est le rythme idéal des repas ?

Source: Journal of the American College of Cardiology (www.onlinejacc.org)
publié le : 25/12/2017 , mis à jour le 24/12/2017
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci