Cancer entre 20 et 40 ans : les femmes beaucoup plus à risque

Dernière mise à jour: janvier 2018 | 4553 visites
123m-man-vr-koppel-11-12.jpg

news Une étude mondiale sur le cancer entre l’âge de 20 et 40 ans montre que les femmes sont bien plus touchées que les hommes, en raison surtout du cancer du sein et celui du col de l’utérus.

L’enquête a été conduite par les experts du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC). Elle montre que 65% des nouveaux cas de cancer diagnostiqués chaque année chez les 20 - 40 ans concernent les femmes, avec en tête de liste le cancer du sein (30%), suivi par le col de l’utérus (18%) et la thyroïde (10%). Comme l’explique l’un des coordinateurs de l’étude, cité par Le Quotidien du Médecin, « la sensibilisation du grand public comme des professionnels de la santé est d’une importance capitale. Ainsi, la vaccination contre le papillomavirus (HPV) et le dépistage peuvent considérablement réduire la charge mondiale du cancer du col de l’utérus chez les jeunes femmes, et ceci pour un coût limité ».

Outre le sein et le col de l’utérus, les cancers les plus fréquents (en termes de nouveaux cas) chez l’adulte jeune sont celui de la thyroïde, les leucémies, le cancer colorectal, ainsi que les cancers du système nerveux central, dont le cerveau. Pour les décès, en plus des deux cancers féminins, figurent le cancer du foie et les leucémies. Des différences, souvent importantes, sont constatées entre les pays à revenus faibles, moyens ou élevés ; sachant notamment que les cancers favorisés par le sida (cancer du foie, sarcome de Kaposi…) comptent pour une large part de l’ensemble des cas dans les pays à faibles revenus, alors que dans les régions à hauts revenus, le cancer de la thyroïde, de la peau (mélanome) ou des testicules surviennent plus fréquemment.

Les spécialistes du CIRC soulignent : « La prévention et la détection précoce, en association avec un traitement prompt et adéquat, devraient aider à limiter les effets dévastateurs du cancer de l’adulte jeune, sur le plan personnel, familial et sociétal ».

Source: The Lancet Oncology (www.thelancet.com/journals/)
publié le : 17/01/2018 , mis à jour le 16/01/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci