La méditation pour aider à maigrir

Dernière mise à jour: mars 2018 | 4674 visites
123-p-buik-gewicht-dieet-170-10.jpg

news La pratique de la méditation de pleine conscience (mindfulness) contribuerait à la perte de poids, en grande partie car elle renforce la maîtrise du comportement alimentaire.

L’efficacité des interventions basées sur la pleine conscience dans le cadre d’un processus d’amaigrissement a fait l’objet de nombreuses recherches. Toutefois, explique cette équipe canadienne (université McGill), leurs résultats sont « inconsistants ». Pour les consolider, les chercheurs ont procédé à une méta-analyse d’une vingtaine d’études, dont ils ont extrait et croisé les données les plus probantes. Les travaux ont porté sur des personnes en surpoids ou obèses, en majorité des femmes, adultes jeunes ou d’âge moyen.

Que constate-t-on ?

Globalement, la méditation de pleine conscience permet de perdre davantage de poids (ici sur une période moyenne de quatre mois), mais il est difficile de quantifier tant il existe des différences entre les sous-groupes. Ensuite, et c’est sans doute l’élément le plus significatif : la méditation est particulièrement efficace pour aider à mieux maîtriser les comportements alimentaires malsains, de type « pulsions ». L’effet le plus probant est observé en cas de combinaison entre la méditation formelle et informelle, autrement dit la méditation encadrée (séances) complétée par la méditation dans la vie quotidienne (en marchant, pendant un trajet en transports en commun, en s’asseyant quelques minutes au calme…).

Les auteurs considèrent que la méditation présente un intérêt comme intervention complémentaire dans le processus de perte de poids, et ajoutent que des travaux sont nécessaires d’abord pour confirmer la pertinence de l’approche, et ensuite pour évaluer son efficacité dans le maintien de la perte de poids (un paramètre fondamental !).

Source: Obesity Reviews (http://onlinelibrary.wiley.)
publié le : 18/03/2018 , mis à jour le 18/03/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci