Régime : pourquoi il ne faut pas maigrir trop vite

Dernière mise à jour: avril 2018 | 16594 visites
weegsch-lintm-170_400_12.jpg

news Une forte restriction calorique avec un amaigrissement rapide : ce type de régime a très peu de chances d’aboutir à un résultat à long terme, puisque la reprise du poids perdu est quasiment assurée.

Ceci a déjà été dit à de nombreuses reprises : notre corps ne veut pas maigrir. Plusieurs études ont montré que 95% des personnes en surpoids ou obèses qui suivent un régime amaigrissant très restrictif reprennent leur poids initial après deux à cinq ans. Le Figaro explique : « Pendant les premières semaines, l’organisme se laisse surprendre, d’où l’amaigrissement rapide, mais ensuite il n’a plus qu’un seul objectif : reconstituer ses réserves. Comme inscrite dans nos gènes, la peur de la famine l’emporte. Le phénomène de reprise des kilos perdus est très difficile à éviter tant l’ensemble de la machinerie métabolique s’adapte avec vigueur pour s’opposer à l’amaigrissement et/ou en renverser les effets ».

Plus lentement mais plus sûrement


Une récente étude norvégienne (NTNU) va dans ce sens. Les chercheurs ont suivi pendant deux ans un groupe de personnes obèses (poids moyen de 129 kg, IMC de 42,5 en moyenne), soumises à l’entame à un régime amaigrissant hypocalorique complété par de l’activité physique, sous la supervision de nutritionnistes et de psychologues. La perte de poids a été de 11 kg en moyenne, ce qui est relativement modeste. Pourtant, après deux ans, ces personnes avaient toujours aussi faim. Et il s’avère que leur taux de ghréline, l’hormone de la faim produite par l’estomac, se situe bien au-dessus de la moyenne.

En fait, « chacun d’entre nous fabrique cette hormone qui stimule l’appétit. Mais si vous êtes en surpoids et que vous maigrissez, son taux augmente ». Un mécanisme de défense, parmi d’autres, de l’organisme, donc. Alors ? Pour espérer aboutir à un résultat durable (on parle de régime, pas d’intervention chirurgicale), il est indispensable de viser une perte de poids très progressive, en diminuant légèrement ses apports caloriques quotidiens, tout en pratiquant une activité physique régulière. Le rythme d’amaigrissement sera plus lent, c’est évident, mais les chances de succès augmenteront nettement.

Source: American Journal of Physiology - Endocrinology and Metabolism (www.physiology.org/journal/)
publié le : 23/04/2018 , mis à jour le 22/04/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci