Le vin sans alcool au banc d'essai

Dernière mise à jour: avril 2018 | 1459 visites
dr-glas-wijn-170_400_07.jpg

conseil Le vin sans alcool peut être une alternative pour les personnes qui ne sont pas autorisées à boire de l'alcool, ou qui ne veulent pas en consommer, mais qui souhaitent tout de même vivre l'expérience du vin. Néanmoins, l'alcool fait une réelle différence sur le plan gustatif.

Le vin non alcoolisé fournit environ 15 à 30 kcal par 100 ml, soit 50 à 60% en moins qu'un vin alcoolisé. Le processus de préparation (vinification) du vin sans alcool est identique à celui du vin ordinaire. L'alcool qui est produit pendant le processus de fermentation est ensuite extrait du vin. La technique s'est considérablement améliorée au fil des ans. De nos jours, l'alcool éliminé en recourant à des techniques performantes de distillation ou de filtration.

L'association de consommateurs Test Achats a testé vingt vins sans alcool en vente dans les supermarchés. Le vin a été analysé en laboratoire et soumis à un panel d'experts pour en tester le goût.

L'alcool

À l'exception d'un vin (rouge : 0,5%), tous les vins indiquent sur l'étiquette que leur teneur en alcool est de 0%. Or le pourcentage réel constaté en laboratoire est légèrement plus élevé pour tous les vins testés, à savoir entre 0,1 et 0,5 %. Bien que l’appellation indique qu’il n’y a pas d’alcool, les vins et autres boissons « non alcoolisés » ont en pratique un pourcentage d'alcool allant jusqu'à un maximum légal européen de 0,5%. Les boissons « à faible teneur en alcool » ont un pourcentage d’alcool de 0,5 à 1,2%. Il est en fait rarement possible d'éliminer tous les résidus d'alcool du vin. De plus, la fermentation spontanée des sucres produit de l'alcool.

Cette petite quantité d'alcool ne rend pas ivre parce qu’elle est presque immédiatement transformée dans le corps.

Le sucre

La teneur en sucre varie entre 30 g/l et 62 g/l. Sur cette base, la plupart des vins testés peuvent être subdivisés en deux catégories : moelleux (12 à 45 g/l) et doux (> 45 g/l).

Le sulfite

La teneur totale en sulfite (ou dioxyde de soufre) varie d’un vin à l’autre : pour les vins blancs de 106 à 195 mg/l (25 mg/l pour le vin biologique), pour les vins rouges de 39 à 171 mg/l (10 mg/l pour le vin biologique). On est donc dans les normes européennes maximales, qui sont de 250 mg/l pour le blanc et de 200 mg/l pour le rouge.. Pour les vins biologiques : moins de 30 mg/l, avec plus de 5 g/l de sucre.

Le sulfite a un effet antimicrobien et inhibe l'oxydation du vin, ce qui prolonge sa durée de conservation. Il vaut mieux consommer le vin sans alcool lorsqu'il est encore jeune, dans les un à trois ans après la production, et il est déconseillé de le garder longtemps. En quantités excessives, le sulfite affecte le goût du vin et peut provoquer des nausées, des maux de tête et même des problèmes digestifs ou des réactions allergiques chez les personnes hypersensibles.

L'acide sorbique

La teneur en acide sorbique, un agent antifongique spécifique, est négligeable.

Le goût

L'alcool a une influence sur le goût du vin, il donne au vin corps et structure, masque l'acidité et l'intensité des autres arômes, rendant le vin équilibré. Il est indéniable que le processus de désalcoolisation des vins a un impact sur la qualité, le goût et l'odeur du vin d'origine.

Le vin sans alcool est plus léger et plus sucré et, dans de nombreux cas, le vin a un goût trop artificiel et ressemble trop souvent à une boisson sucrée diluée.

Le goût du vin sans alcool s'est amélioré au cours des dernières années en raison des techniques toujours meilleures pour extraire l'alcool du vin. Mais pouvoir le comparer avec le « vrai » vin n'est pas encore à l’ordre du jour.

Le vin sans alcool manque d'équilibre, de rondeur, de texture, en d'autres termes de tout ce qui fait la structure du vin. Malgré les efforts pour améliorer le goût et la qualité des vins sans alcool, le panel de spécialistes testeurs n’a pas été totalement convaincu. Certains des vins sans alcool sont certainement d'une qualité acceptable et peuvent être consommés en toute confiance, mais la majorité de cette catégorie ne se rapproche pas d'une « expérience viticole ».

Il y a encore du boulot...


publié le : 06/04/2018 , mis à jour le 05/04/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci