Acides gras et santé : ce n’est pas si évident…

Dernière mise à jour: mai 2018 | 3013 visites
nb-olijfolie-09-16.jpg

news La classification distingue les acides gras saturés et insaturés, avec des effets (très) différents sur la santé. Mais la situation ne semble pas si simple.

Une équipe britannique (université de Cambridge) a réuni des adultes pour une expérience qui a duré un mois. Les participants ont été divisés en trois groupes, selon qu’en plus de leur alimentation habituelle, ils consommaient 50 g par jour d’huile d’olive, de beurre ou d’huile de noix de coco. On précise que l’huile d’olive est riche en acides gras mono-insaturés, alors que le beurre et l’huile de coco le sont en acides gras saturés. Or, les effets des uns et des autres sur la santé, en particulier cardiovasculaire, sont considérés comme très différents, au détriment des graisses saturées.

Pourtant, au terme du suivi, il s’avère que si le taux de LDL (« mauvais ») cholestérol a augmenté le plus nettement dans le groupe beurre, on ne constate aucune différence entre les groupes huile d’olive et huile de coco. Mieux : le taux de HDL (« bon ») cholestérol s’est amélioré de manière « significative » dans le groupe huile de coco.

Limiter les acides gras saturés, mais...


Le Dr Roseline Péluchon (Journal international de médecine) explique : « L’huile de noix de coco, graisse saturée, semble donc avoir des effets plus proches de ceux de l’huile d’olive, graisse mono-insaturée, que de ceux du beurre, qui appartient pourtant au même groupe des graisses saturées, censées être nocives pour la santé cardiovasculaire. Il se pourrait que les effets des différentes graisses sur le profil lipidique varient non pas seulement en fonction des groupes d’acides gras saturés ou insaturés, mais aussi des différents profils d’acides gras, de leur méthode de production et des aliments auxquels ils sont associés ».

Pour résumer, la distinction ne serait pas aussi tranchée qu’il y paraît entre acides gras saturés et insaturés. Les auteurs ne remettent pas en question la nécessité de limiter la consommation d’acides gras saturés, mais ils estiment que des recherches complémentaires sont nécessaires pour nuancer les relations entre les différents acides gras et la santé.

Source: BMJ Open (http://bmjopen.bmj.com)
publié le : 10/05/2018 , mis à jour le 09/05/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci