La semaine de la migraine

Dernière mise à jour: mai 2018 | 439 visites
123m-hoofdpijn-pijn-10-.jpg

conseil La 6ème édition de la semaine de la migraine se déroule en Belgique jusqu'au 19 mai. Les pharmacies y participent par le biais d'affiches et de brochures de sensibilisation.

Un Belge sur cinq souffre de migraine au cours de sa vie. Les femmes plus que les hommes. La migraine a généralement un grand impact sur le bien-être personnel et sur l’entourage. Les personnes atteintes déclarent devoir régulièrement renoncer à des activités en famille ou entre amis. Il en résulte souvent une certaine incompréhension de la part des proches, ce qui fait culpabiliser bon nombre de personnes souffrant de migraine. Vous avez déjà vécu cela ? Parlez-en à votre pharmacien ou à votre médecin.

Renoncer à un repas entre amis ou rater la fête d’anniversaire de votre fils ? Pour les personnes souffrant de migraine, cela arrive plus souvent qu’elles ne le souhaiteraient. Les crises de migraine arrivent souvent de manière inattendue et toujours au mauvais moment. Une personne sur trois souffrant de migraine doit parfois annuler des activités en raison de la migraine. Il s’agit souvent d’activités avec les enfants (29%) ou les amis (29%). Cela s’accompagne souvent d’un sentiment de culpabilité, ressenti par 40 à 60% des personnes atteintes de migraine.

La Semaine de la migraine se déroule, pour sa sixième édition, jusqu'au 19 mai. La campagne a pour but d’ouvrir le débat autour de cette maladie chronique et de lutter contre le sentiment de culpabilité. Rendez-vous chez votre pharmacien ou votre médecin pour plus d’informations sur la migraine.

► Pour en savoir plus : cliquez ici.


publié le : 15/05/2018 , mis à jour le 14/05/2018

Réagissez

Masquer mes données personnelles :
votre nom et votre adresse e-mail n'apparaçtront pas avec votre réaction
Prévenez-moi en cas de réaction à mon message :
vous serez prévenu lorsque quelqu'un réagira à votre message.
signes restants.
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci