Les bébés adorent écouter parler… les autres bébés

Dernière mise à jour: juin 2018 | 3081 visites
123-baby-spelen-kribbe-opvang-2-170_10.jpg

news Les bébés manifestent un très grand intérêt pour les vocalisations des autres jeunes enfants : cela leur permet de progresser dans l’acquisition du langage.

Lorsqu’un adulte s’adresse à un tout-petit, il a tendance à « parler bébé » (voix plus aiguë, intonation forcée, rythme plus lent, syllabes étirées…), et c’est une excellente chose : l’attention de l’enfant est bien mieux captée qu’avec le « parler adulte », ce qui favorise la communication, déclenche des émotions positives et facilite le développement du langage (pré-babillage, babillage, puis premiers mots). Une équipe canadienne (université McGill et université du Québec) indique cependant que les expressions vocales des adultes attirent beaucoup moins le bébé que celles des enfants de son âge.

Une expérience a ainsi montré que les bébés (5 mois) consacraient 40% de temps en plus à écouter des sons émis par d’autres bébés, comparé à la durée d’attention pour ceux prononcés par des adultes. Explication ? Les vocalisations adultes ne peuvent pas concurrencer les préférences des bébés pour leurs propres spécificités acoustiques, uniques en raison de la résonance sonore dans leur petit corps. La hauteur très particulière des sons émis par les bébés et donc cette résonance confèrent à leurs vocalisations une « signature » impossible à reproduire à l’identique pour un adulte.

Les chercheurs ajoutent toutefois qu’il est important que les parents continuent à « parler bébé », toujours dans le but de renforcer la communication et de guider petit à petit l'enfant vers le babillage. Ensuite, l’approche devra être progressivement modifiée, afin de l’aider dans l’acquisition du langage.

Une vidéo de l'expérience

Les soeurs jumelles

Source: The Journal of the Acoustical Society of America (https://asa.scitation.org/j)
publié le : 21/06/2018 , mis à jour le 20/06/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci