Les antidépresseurs font-ils grossir ?

Dernière mise à jour: août 2018 | 3559 visites
pil-1-mond-170_400_05.jpg

news Les médicaments contre la dépression augmenteraient sensiblement le risque de prise de poids, surtout durant les deux premières années de traitement.

Quelque 300.000 personnes ont été suivies pendant une dizaine d’années dans le cadre de cette étude britannique (King’s College London). Leur indice de masse corporelle (IMC) a été relevé à l’entame, ainsi que les cas de dépression diagnostiqués au cours de la première année et traités par antidépresseurs (13% des hommes, 22% des femmes). Le seuil de prise de poids « problématique » a été fixé à au moins 5% du poids corporel initial. Une série de paramètres ont été pris en considération : âge, tabagisme, autres problèmes de santé, prise concomitante de médicaments, profil alimentaire…

Concernant toute la période de suivi, il s’avère que les antidépresseurs augmentent de 21% la probabilité de prendre du poids (> 5%) par rapport à l’absence de traitement. Ces médicaments augmentent de 29% la probabilité de passer d’un IMC normal à un surpoids ou d’un surpoids à une obésité. Le risque de prise de poids persiste durant au moins six ans, poursuivent les auteurs, mais le lien est surtout net pendant les deux premières années de traitement (augmentation du risque de 46%).

Les spécialistes ajoutent que « l’association pourrait ne pas être causale et des facteurs confondants résiduels pourraient contribuer à une surestimation du risque ». En d’autres termes, il est possible que les antidépresseurs n’expliquent pas tout de cette prise de poids. Ceci étant, « à long terme, l’utilisation très répandue des antidépresseurs pourrait participer à l’augmentation du risque de surpoids à l’échelle de la population, et cette possibilité de prise de poids doit être prise en compte lorsqu’un traitement par antidépresseurs est envisagé ».

Source: BMJ (www.bmj.com)
publié le : 05/08/2018 , mis à jour le 04/08/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci