Qualité du sperme : et si vous mangiez des noix ?

Dernière mise à jour: août 2018 | 7263 visites
walnoten-170_400_04.jpg

news Le fait d’intégrer des noix, des amandes et des noisettes dans son alimentation quotidienne améliore sensiblement la structure et la vitalité des spermatozoïdes.

La qualité du sperme est en dégradation constante dans les pays occidentaux. Plusieurs paramètres sont incriminés : la pollution, le tabac, les perturbateurs endocriniens, ou encore l’alimentation. Sur ce dernier point, des travaux récents suggèrent que des apports élevés en oméga-3 et en antioxydants (vitamine C et E, sélénium, zinc…) peuvent contribuer à améliorer la qualité du sperme. Etant donné que les noix fournissent certains de ces nutriments, des chercheurs espagnols (Universitat Rovira i Virgili) ont voulu tester leur effet auprès d’un groupe de volontaires (18 à 35 ans) en bonne santé. Ils ont été répartis en deux groupes : pendant environ trois mois, les uns n’ont rien changé à leur régime alimentaire habituel (de type occidental et pauvre en noix), alors que les autres ont consommé chaque jour 60 grammes d’un mélange de noix, d’amandes et de noisettes, en plus de leur régime habituel (de type occidental, toujours).

Le résultat montre, dans le groupe noix, une amélioration « significative » de la qualité du sperme, en termes de quantité, de vitalité, de motilité et de morphologie des spermatozoïdes. L’effet le plus marquant porte sur le nombre de spermatozoïdes, et il semblerait que ce soient les noix qui apportent le plus grand bénéfice.

Une analyse approfondie met en évidence une réduction « significative » de la fragmentation de l’ADN spermatique (caractérisée par des ruptures et des lésions dans le matériel génétique des spermatozoïdes), ce qui pourrait contribuer à expliquer cette amélioration globale. En tout cas, et même s’il ne s’agit pas d’une « solution miracle », il semblerait que la consommation régulière de noix, et de fruits à coque d’une manière générale, participe à la bonne santé du sperme.

Source: European Society of Human Reproduction and Embryology (www.eshre.eu)
publié le : 25/08/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci