Mais oui, on peut manger de la viande rouge

Dernière mise à jour: septembre 2018 | 3312 visites
123-vlees-slager-hyg-07-15.jpg

news Les amateurs de viande rouge peuvent-ils continuer à en manger comme ils le souhaitent ? C’est bien possible, mais à deux conditions : qu’elle soit maigre et non transformée.

Les recommandations classiques insistent pour que la consommation de viande rouge soit réduite autant que possible. Mais de quelle viande rouge parle-t-on, sous quelle forme ? Une équipe américaine (université Purdue) a réalisé des tests auprès d’un groupe d’adultes d’âge moyen, en surpoids ou légèrement obèses (IMC moyen de 30). L’expérience s’est déroulée en trois phases.

1° - Pendant cinq semaines, régime méditerranéen (huile d’olive, fruits, légumes, légumineuses…) avec environ 500 g de viande rouge par semaine, bœuf ou porc, maigre et non transformée. Cette quantité correspond à la consommation moyenne d’un amateur de viande.

2° - Pendant quatre semaines, reprise du régime habituel (laissé à l’appréciation du participant).

3° - Pendant cinq semaines, régime méditerranéen avec environ 200 g de viande rouge maigre et non transformée, cette quantité correspondant aux critères du « vrai » régime méditerranéen, que l’on sait protecteur contre la maladie cardiovasculaire. Par rapport à la phase 500 g, la réduction de l’apport en viande rouge a été compensée par de la volaille et d’autres aliments riches en protéines.

Un éventail de paramètres ont été analysés : pression artérielle, lipides sériques, lipoprotéines, glucose, insuline…

Que constate-t-on ?

En fait, alors que le régime habituel apparaît défavorable, les effets des deux types de régime méditerranéen donnent des résultats positifs assez similaires en termes de mauvais (LDL) et de bon (HDL) cholestérol, de cholestérol total, ainsi que de pression artérielle. On ne constate pas d’influence notable sur les triglycérides, le glucose et l’insuline. Ce qui conduit les chercheurs à estimer : « Il est possible d’améliorer certains facteurs de risque cardiovasculaire en adoptant un régime méditerranéen avec ou sans réduction de la consommation de viande rouge, pour autant qu’elle soit maigre et non transformée ».

Deux éléments sont fondamentaux dans ce commentaire. Un : le régime méditerranéen. Il est important d’intégrer des fruits et des légumes (au moins cinq portions par jour), avec des apports substantiels en légumineuses. Deux : une viande maigre et non transformée. Maigre, c’est-à-dire contenant le minimum de graisse saturée, et non transformée, à savoir que la charcuterie, en particulier, est à écarter au maximum. A ces conditions, l’intégration de viande rouge semble parfaitement acceptable.

Source: The American Journal of Clinical Nutrition (https://academic.oup.com/aj)
publié le : 06/09/2018 , mis à jour le 05/09/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci