Allergie à la pénicilline : vous en êtes vraiment sûr ?

Dernière mise à jour: août 2018 | 2111 visites
vergrootgl-geneesm-pil-170-03.jpg

news Dans la très grande majorité des cas, les personnes qui se disent allergiques à la pénicilline ne le sont pas. Et cela peut avoir des conséquences sévères.

Environ un tiers des patients rapportent une allergie à un médicament, et le plus fréquemment cité est la pénicilline. Conséquence : le médecin ne prescrit pas cette molécule, et évite les autres antibiotiques de la même famille, appelés bêta-lactamines, dont les céphalosporines. Le praticien se tourne alors vers des antibiotiques dits de plus large spectre. Problème : ceux-ci présentent des risques d’effets indésirables plus graves, ainsi que de développement de souches bactériennes résistantes.

Le plus étonnant, c’est que des études ont montré que dans 95% des cas, l’allergie à la pénicilline n’en est pas vraiment, et que ce décalage renvoie à une erreur de diagnostic ou à une mauvaise interprétation. Dans ce contexte, explique le Dr Roseline Péluchon (Journal international de médecine), une équipe américaine (Massachusetts General Hospital) a voulu préciser les conséquences que peut avoir le fait d’être étiqueté « allergique à la pénicilline » sur le risque de contracter une infection soit à Staphylocoque doré résistant à la méticilline (SRAM), soit à Clostridium difficile, deux types de bactéries particulièrement agressives. Le suivi a concerné quelque 300.000 patients, dont 20% se déclaraient (sans confirmation formelle) allergiques à la pénicilline.

Résultat : le fait d’être considéré comme allergique à la pénicilline est associé à une augmentation de 69% du risque d’infection à SARM et de 26% pour ce qui concerne Clostridium difficile. Le Dr Péluchon commente : « Ces résultats soulignent la nécessité de ne pas s’arrêter à une allégation d’allergie à la pénicilline, mais d’adresser systématiquement le patient à un allergologue, ce qui permettrait d’éviter des substitutions inutiles », et manifestement risquées.

Source: BMJ (www.bmj.com)
publié le : 05/09/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci