Orgasme de la femme : les hommes sont très optimistes

Dernière mise à jour: septembre 2018 | 7634 visites
123-koppel-bed-sex-geluk-12-5.jpg

news Les hommes surestiment la fréquence des orgasmes de leur compagne. Une meilleure communication dans le couple est importante.

L’orgasme tient une place importante dans la satisfaction sexuelle au sein du couple, et dans la satisfaction relationnelle sur un plan plus général. Deux paramètres jouent un rôle clé : la réalité et la perception de la fréquence de l’orgasme. Une équipe américaine (Brigham Young University) a réalisé une enquête auprès de quelque 2000 couples. Objectif : mieux comprendre dans quelle mesure l’orgasme influence la satisfaction sexuelle et relationnelle.

87% des hommes et 49% des femmes indiquent connaître « régulièrement » l’orgasme (au moins huit fois sur dix).

43% des hommes se trompent sur la fréquence (surestimée) à laquelle leur compagne connaît l’orgasme.

• La satisfaction sexuelle de la femme repose sur la fréquence à laquelle elle atteint l’orgasme et sur la communication sexuelle au sein du couple.

• La satisfaction sexuelle de l’homme repose sur sa perception de la fréquence des orgasmes de sa compagne et sur la communication sexuelle au sein du couple.

• La communication sur la sexualité du couple intervient de manière déterminante dans la satisfaction relationnelle, tant chez les femmes que chez les hommes.

On relève deux éléments cruciaux : le décalage entre la réalité de la fréquence de l’orgasme, exprimée par la femme, et sa perception, ressentie par l’homme ; ainsi que la place essentielle de la communication. Le dialogue, portant en particulier sur les attentes de la femme, constitue sans doute la voie majeure permettant de dissiper les malentendus et de surmonter les frustrations, car si cela n’est pas fait, la satisfaction sexuelle et relationnelle risque de se détériorer considérablement.

Source: The Journal of Sexual Medicine (www.jsm.jsexmed.org)
publié le : 17/09/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci