Grossesse : pourquoi de la vitamine D ?

Dernière mise à jour: août 2018 | 1956 visites
123-zw-zwanger-natuur-1-18.jpg

conseil De nombreuses femmes enceintes présentent une carence en vitamine D. Or, ce déficit peut avoir des conséquences pour la mère comme pour l'enfant. En cas de manque sévère, des suppléments nécessaires.

Quels sont les risques possibles ?


Chez la mère

• faiblesse musculaire, douleurs musculaires et articulaires
• fatigue
• risque accru d'infections
• risque accru de perte osseuse
• possiblement un risque accru d'accouchement prématuré
• possiblement un risque accru d'hypertension artérielle gravidique et de pré-éclampsie

Chez l’enfant

• faible poids à la naissance (< 2,5 kg)
• difficultés à boire au sein, faiblesse et léthargie
• retard de croissance
• faiblesse musculaire
• densité osseuse réduite et même rachitisme
• construction différente de l'émail dentaire
• risque accru d'infections
• risque accru d'asthme
• risque légèrement accru de crises d'épilepsie
• possiblement développement cérébral perturbé avec un risque accru d'autisme

Discutez avec votre médecin ou votre gynécologue de l’utilité ou non d’un supplément de vitamine D. Il n'y a pas de consensus scientifique formel à ce sujet, sauf pour les femmes appartenant à certains groupes à risque.

• Les femmes avec un régime alimentaire pauvre en vitamine D : celles qui ne mangent pas de viande, d'œufs, de poisson (gras), ou qui ne consomment pas de lait ou de produits laitiers enrichis en vitamine D.

• Les femmes qui s'exposent peu au soleil (moins de 30 minutes par jour).

• Femmes avec IMC avant la conception supérieur à 30.

En cas de suspicion d'une carence (sérieuse) en vitamine D, le médecin proposera une analyse de sang.

Le lait maternel contient très peu de vitamine D, ce qui signifie que le besoin des femmes allaitantes est à peine augmenté. Les bébés allaités au sein doivent recevoir un supplément de vitamine D.


publié le : 24/08/2018 , mis à jour le 23/08/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci