La maladie de la souplesse extrême

Dernière mise à jour: août 2018 | 1375 visites
123m-gym-acrobat-7-8.jpg

dossier La souplesse des articulations a tendance à passer pour un avantage, du moins auprès de ceux qui avouent être « raides comme un piquet ». On admire celui qui parvient à mettre son pied derrière la tête, à faire le grand écart ou à placer les mains complètement à plat sur le sol. Et que dire des spectacles de contorsionnisme ! Cependant, quand la souplesse est extrême, la maladie pourrait bien prendre le pas sur l’exploit !

C’est ce qu'explique le Pr Valérie Gangji, chef du service rhumatologie et médecine physique de l’Hôpital Erasme et spécialiste du syndrome d’Ehlers-Danlos. « On parle de syndrome et non de maladie car il s’agit d’un ensemble de symptômes », précise-t-elle. « Ce trouble du spectre de l’« hypermobilité » est aussi appelé « trouble de l’hyperlaxité ». Il s’agit au départ d’une souplesse extrême des articulations qui, lorsqu’elle devient très importante, porte alors le nom de syndrome d’Ehlers-Danlos hypermobile. On s’en rend généralement compte quand les patients commencent à développer régulièrement des luxations de l’épaule, des entorses, des douleurs articulaires, des dislocations…, de façon spontanée ou lors de traumatismes mineurs. »

► Pour lire la suite de l'article sur le site du Soir Mag : cliquez ici.


publié le : 09/08/2018 , mis à jour le 07/08/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci