Maladie des yeux : le stress peut-il rendre aveugle ?

Dernière mise à jour: octobre 2018 | 2843 visites
123-man-bureaau-comp-stress-06-16.jpg

news Le stress chronique peut-il faire perdre la vue ? En tout cas, il s’agirait d’un facteur de risque de dégradation d’une maladie oculaire, dont il pourrait être à la fois la conséquence et la cause.

Comme l’explique cette équipe allemande (université de Magdebourg), le stress mental chronique est « clairement » une conséquence de la perte de vision. En plus, poursuivent ces spécialistes, le stress chronique et des niveaux élevés de cortisol (« l’hormone du stress ») agissent de manière négative sur l’œil et le cerveau, par le biais d’une dérégulation du système nerveux autonome (qui régit les fonctions non soumises au contrôle volontaire) et du système vasculaire. Alors, il peut devenir « une cause majeure » de perte de la vision, dans des maladies comme le glaucome ou la neuropathie optique.

Un phénomène de cercle vicieux


En fait, poursuivent les chercheurs, une analyse de la littérature médicale montre que le stress chronique serait à la fois une conséquence et une cause de la perte de vision, avec un phénomène de cercle vicieux. Dans une configuration classique, la perte de vision initiale engendre un stress chronique, qui accélère la perte de vision, ce qui crée encore plus de stress, et ainsi de suite.

Les auteurs parlent de « nouvelle perspective psychosomatique », avec des implications cliniques importantes. Ils considèrent que la gestion du stress (on pense notamment aux techniques de relaxation) ne doit pas être envisagée uniquement comme une approche complémentaire à la prise en charge médicale, mais comme un outil thérapeutique destiné à freiner la progression de la perte de vision. Ensuite, ils appellent les médecins (ophtalmologues) à communiquer un message positif et optimiste à leurs patients, en particulier concernant les effets bénéfiques de la gestion du stress, avec alors des chances réelles d’interrompre le cercle vicieux.

Enfin, « des études supplémentaires sont nécessaires pour renforcer les fondations de l’ophtalmologie psychosomatique, en confirmant le rôle causal du stress dans différentes maladies de la vision, et en évaluant l’efficacité des diverses thérapies anti-stress dans la prévention de la progression de ces maladies et dans l’amélioration de la récupération de la vue ».

Source: The EPMA Journal (https://link.springer.com/j)
publié le : 04/10/2018 , mis à jour le 04/10/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci