Nerveux ? Troubles du sommeil ? Ceci vous empêche de dormir ?

Dernière mise à jour: septembre 2018 | 2311 visites
shutterstock_310940801.jpg

news Ces sujets s’invitent partout. Est-ce que je dramatise? Est-ce que je m’inquiète trop? Dois-je suivre un traitement ou cela va-t-il disparaître tout seul? Mon approche est-elle la bonne? Autant de questions que vous vous posez sans doute.

C’est différent pour tout le monde

Le pouls s’accélère, les muscles se crispent, la respiration s’emballe… Vous sentez monter l’adrénaline et êtes sur le qui-vive, prêt à réagir. C’est, en fait, un mécanisme de survie naturel. Votre corps tout entier est en état d’alerte. Vous êtes donc plus vigilant et plus concentré. Les facteurs à l’origine de votre angoisse ou ceux qui vous rendent nerveux ne sont pas les mêmes que ceux de votre voisin. Pourtant, les situations angoissantes ont quelques caractéristiques communes. 

  • Manque de contrôle : vous avez l’impression de n’avoir que peu, voire aucun contrôle sur la situation.
  • Imprévisibilité : vous faites face à une situation inattendue.
  • Inconnu : vous vous trouvez dans une situation inédite.
  • Menace de l’estime de soi : vos compétences et l’image que vous avez de vous-même sont mises à l’épreuve. 

À quoi reconnaît-on ces situations?

Il est souvent difficile de mettre le doigt sur les facteurs déclencheurs, car ils ne sont pas les mêmes pour tout le monde et varient d’une personne à l’autre. Commençons par en distinguer deux types: une tension aiguë et une tension chronique.
Situations de tensions aiguës
Une tension est provoquée par des événements ou des situations spécifiques sur lesquels vous n’exercez qu’un contrôle restreint, comme la peur de l’avion, le fait de devoir donner un exposé ou se présenter à un examen (par exemple un examen de permis de conduire). Cette nervosité se reconnaît à l’anxiété vis-à-vis de cet événement. Mais soyons clairs : un état d’anxiété aiguë n’est pas mauvais en soi. Il stimule la sécrétion d’adrénaline, une hormone qui vous permet d’affronter efficacement des situations tendues, en adoptant l’attitude adéquate. Quand ceci devient-il alors un problème? Tout simplement lorsque vous êtes régulièrement exposé au même facteur. Les tensions aiguës évoluent alors en une tension chronique.
Situations de tensions chroniques
Une tension persistante vous mène au surmenage mental et à l’épuisement physique. Même les activités quotidiennes paraissent insurmontables. Votre cortex surrénal est stimulé à l’excès. En clair? La glande surrénale, qui se situe au-dessus des reins, sécrète une hormone du stress : le cortisol. L’exposition quotidienne à cette tension épuise la glande surrénale, faisant tomber le taux de cortisol à un niveau insuffisant. Souvent, on se montre indifférent aux premiers symptômes d’agitation, pensant qu’ils disparaîtront d’eux-mêmes. Pourtant, ils sont néfastes, car ils vous empêchent de trouver le calme nécessaire et de vous détendre. Une tension nerveuse persistante provoque une surcharge au niveau mental et un épuisement physique avec, à la clé, un risque de burn-out ou de dépression.

Vous avez donc tout intérêt à garder un maximum de contrôle pendant des situations difficiles et à essayer de les gérer le mieux possible.

Quelles sont les causes d’agitation nerveuse et des troubles du sommeil?

shutterstock_674574616.jpg
Chaque jour, nous devons faire face à des situations tendues, qui trouvent leur origine dans des événements bouleversants (un deuil, des problèmes de santé ou relationnels), mais aussi dans des expériences répétitives du quotidien (embouteillages, pression et surcharge de travail, nuisances sonores) qui pèsent sur vous en permanence. Au fil du temps, vous commencez à vous tourmenter le soir. Vous perdez en sommeil nocturne et vous vous levez sans avoir récupéré. Vous sombrez alors dans une spirale négative : ceci devient un cercle vicieux.

shutterstock_391111147.jpg
Consommation accrue de boissons caféinées
De nombreuses personnes recherchent un stimulant pour ne pas perdre pied en période d’examen ou pendant une période chargée au travail. Une consommation excessive de ce genre de stimulants dérègle toutefois le cycle de notre journée et notre sommeil.

Nos agendas surchargés nous empêchent parfois de mener nos tâches à terme. On cherche alors des remèdes pour rester alerte et éveillé, comme une tasse de café. D’après les sondages menés en 2016 par l’International Coffee Organisation, le Belge consomme en moyenne 6,8 kg de café par an. Notre pays occupe ainsi la 8e place dans le classement des pays comptant le plus grand nombre de buveurs de café.

Un excès de caféine provoque des douleurs d’estomac et accélère le rythme cardiaque, la déshydratation, la diarrhée, l’irritabilité et les troubles du sommeil, mais accroît aussi le sentiment d’anxiété. Plus vous consommez de caféine, plus ces effets seront prononcés.

Un adulte en bonne santé ne peut dépasser la dose journalière de 400 mg de caféine. Soit un maximum théorique de 4 tasses par jour.
Diminution de l’activité physique
Se rendre au travail, rester 8 heures à son bureau, rentrer chez soi pour enfin s’affaler dans le canapé... Vous vous reconnaissez? Nous ne bougeons pas assez. Vu que vous passez généralement vos journées surchargées en position assise passive, votre taux de cortisol (hormone du stress) ne diminue pas, entraînant des problèmes d’hypertension ou des troubles de la concentration.

L’exercice physique renforce le cœur et le corps, tout en stimulant votre activité cérébrale. En bougeant, vous réduisez votre taux de cortisol et êtes donc mieux à même de réagir face aux situations tendues. Votre cerveau libère des endorphines. Cette hormone vous aide à réfléchir plus positivement, à avoir les idées plus claires et procure une impression de détente. Le mot d’ordre? Bouger!
Des perturbateurs du sommeil d’un nouvel ordre
Faisons un petit bond dans le passé. L’invention de l’électricité a repoussé l’heure du coucher. L’arrivée de la télévision a radicalement changé les activités du soir en famille. Nous utilisons de plus en plus de technologies modernes en journée, mais aussi le soir et pendant la nuit.

La présence de la télévision dans une chambre à coucher augmente la résistance au sommeil, repousse le moment de l’endormissement et exacerbe le sentiment d’anxiété. Résultat? La durée effective passée à dormir ne cesse de diminuer. Utiliser un smartphone dans sa chambre à coucher a un effet similaire : adultes et enfants qui dorment à côté de leur smartphone voient leur sommeil écourté de 20 minutes.

shutterstock_652671541.jpg
Et ce n’est pas tout. L’effet d’un smartphone est encore plus considérable que celui d’une télévision : à cause de ses nombreuses possibilités (jeux, réseaux sociaux...) d’une part, mais aussi de la proximité beaucoup plus forte avec le visage (impact des rayons lumineux). Consulter rapidement son fil d’actualité Facebook ou envoyer un e-mail alors que vous êtes déjà au lit? Mauvaise idée. La lumière bleue émise par votre smartphone ou tablette réfrène la sécrétion de la mélatonine, l’hormone du sommeil. 

Celle-ci régule notre biorythme et est secrétée par notre organisme à la tombée du jour. Exposé à la lumière bleue, votre cerveau a l’impression d’être toujours en mode «jour». Vous éprouvez des difficultés à trouver le sommeil. Ces manques de sommeil à répétition se répercutent sur votre humeur et entraînent énervement, agressivité et anxiété.

Si ces problèmes persistent, ils ne seront pas sans conséquence pour la qualité de votre sommeil et votre état de santé général.

Ne laissez plus la pression quotidienne diriger votre vie!

heel_afb01.png
Il est heureusement tout à fait possible de rompre ce cercle vicieux d’agitation nerveuse et de troubles du sommeil. Vous vous sentez agité, vous avez du mal à trouver le sommeil? Prenez 3 comprimés de Neurexan® par jour*. Pendant une phase aiguë en journée ou le soir, n’hésitez pas à prendre un comprimé toutes les demi-heures ou toutes les heures. Adultes et adolescents (= 12 ans) peuvent prendre jusqu’à 12 comprimés par jour. Il est conseillé de garder le comprimé en bouche aussi longtemps que nécessaire pour le ramollir, avant de l’avaler.


*Ceci est la posologie habituelle pour les adultes et les adolescents à partir de 12 ans. Voir la notice pour la posologie chez les enfants de 2 à 11 ans.

Ce médicament soulage votre agitation nerveuse en journée et vous aide à mieux dormir la nuit. Neurexan® combine 4 composants actifs :

  • passiflore (Passiflora incarnata D2);
  • avoine (Avena sativa D2);
  • valérianate de zinc (Zincum valerianicum D4);
  • grain de café non torréfié (Coffea cruda D12).

Neurexan® peut être utilisé par tout le monde à partir de 2 ansNeurexan® est autorisé pendant la grossesse et l’allaitement selon la posologie indiquée et après consultation de votre médecin. Neurexan® ne présente par ailleurs aucune interaction connue avec d’autres médicaments et peut par conséquent être pris sans problème en même temps ou en combinaison avec un autre traitement. 

Neurexan50F_A.jpg
Essayez Neurexan®

Neurexan® est un médicament homéopathique qui soulage l’agitation nerveuse et les troubles du sommeil. Neurexan® est disponible en vente libre en pharmacie. Lisez attentivement la notice avant utilisation.

Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien. Médicament homéopathique. Pas d’utilisation prolongée sans avis médical. Lisez attentivement la notice. Heel Belgium sa.

Source: Communiqué HEEL BELGIUM
publié le : 04/10/2018

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci