L'augmentation mammaire

Dernière mise à jour: avril 2017 | 1 réactions | 28791 visites

dossier

Bon nombre de femmes aspirent à des seins plus volumineux et/ou plus fermes. Différentes raisons peuvent être à l’origine de ce désir. Soit les seins sont depuis toujours sous-développés, soit ils se sont rapetissés et sont devenus moins fermes au fil des ans, par exemple suite à une/des grossesse(s). Chaque femme vivant son corps différemment, la notion de « taille correcte » des seins est très subjective et son évaluation une affaire très personnelle. Ainsi, ce que telle femme estimera « trop petit » sera peut-être considéré comme « normal » par une autre. Il convient donc de déterminer au cas par cas si les seins sont trop petits ou trop mous et s’il est raisonnable d’envisager une opération pour y remédier. On part du principe qu’une femme envisage une augmentation mammaire pour elle, parce qu’elle n’est pas satisfaite de l'aspect de sa poitrine. Le désir d’augmentation mammaire ne doit pas être inspiré par exemple par le souhait de plaire ou de garder un partenaire. La pose de prothèses en silicone est une méthode rapide et efficace pour augmenter la poitrine tout en offrant un résultat durable. En l’état actuel de la science, aucune autre méthode n’obtient les mêmes résultats.

Quand une augmentation mammaire peut-elle avoir lieu ?

En général, une femme n’entre en ligne de compte pour une opération d’augmentation mammaire que lorsque l’on est sûr que la poitrine ne risque plus de se développer spontanément. Cela pourra donc être déterminé au plus tôt vers 18 ans.
En pratique, beaucoup de femmes envisagent une augmentation mammaire après avoir eu des enfants, vers 30 à 40 ans. L’augmentation mammaire n’entre pas en ligne de compte pour le remboursement des frais d’intervention par l’assurance frais médicaux.

Inconvénients des prothèses internes en silicone

silic-impl-170_02.jpg

Le corps humain réagit à l’introduction d’un corps étranger en l’encapsulant d’une couche de tissu conjonctif. Autour de chaque implant mammaire, le corps forme donc une capsule de tissu conjonctif. Pour des raisons inconnues, il peut arriver que cette capsule se rétrécisse. Médicalement parlant, il s'agit là d'un phénomène tout à fait innocent. Cependant, cela peut avoir pour résultat une poitrine anormalement ronde et ferme. Le rétrécissement de la capsule peut faire partie des accidents justifiant une opération correctrice après quelque temps. La prothèse mammaire est résistante. Cependant, à l’instar des autres moyens techniques, elle est sujette à l’usure, ne serait-ce que dans une très faible mesure. À la longue, les prothèses peuvent devenir poreuses. À long terme, les prothèses internes devront donc être remplacées. Mais on ne peut donner de délai exact. Dans les années 90, l’implant mammaire en silicone a été mis en cause. Certaines femmes prétendaient en effet avoir été malades du fait de la silicone. On lui a attribué des maladies auto-immunes telles que le rhumatisme et des grandes fatigues. En dépit d’importantes recherches scientifiques, cela n’a jamais pu être prouvé objectivement. Aucune différence n’a pu être constatée en comparant l’état de santé de groupes de femmes avec et sans implants. L’opinion médicale actuelle est qu’il n’y a aucune preuve que des implants mammaires en silicone constituent un risque pour la santé en général. Cependant, toute opération sous anesthésie comporte quelques risques, comme l’hémorragie ou l’inflammation. La sensation au niveau du mamelon peut être modifiée. Il peut devenir hypersensible ou ne plus présenter de sensibilité du tout.

L’opération

L’opération se déroule sous anesthésie avec une journée d’hospitalisation. Une incision de 4 à 5 centimètres est pratiquée sous l’aisselle ou dans le pli en dessous du sein. Juste en dessous de la glande mammaire ou sous le grand muscle pectoral, on pratique une cavité dans laquelle l’implant est inséré. Le sein se soulève mais reste intact. L’allaitement reste donc possible et le risque de cancer du sein n’augmente pas. Les implants sont insérés entre la glande mammaire et le muscle pectoral, ou en dessous du muscle pectoral, directement sur les côtes. Le chirurgien plasticien envisage avec vous la méthode qui s’adapte le mieux à vous. À la fin de l’opération, la poitrine est pansée à l’aide d’un bandage de soutien. Au niveau de l’incision, deux drains sont généralement placés (petits tuyaux fins) qui sont reliés à deux petites bouteilles sous vide. Les drains permettent d’éliminer les sérosités de la zone opératoire. Ils sont enlevés lorsqu'il n’y a quasi plus de sérosités.

Soins postopératoires

Après une augmentation mammaire, les seins sont parfois sensibles et tendus. Cet inconfort diminue après quelques jours. En général, les drains sont enlevés après un ou deux jours. Lors de la sortie d’hôpital, rendez-vous est pris à la consultation pour un contrôle. À cette occasion, les points de suture sont ôtés si nécessaire. Il est judicieux de prévoir une aide ménagère pour la première semaine à la maison. Il est conseillé de porter un soutien-gorge jour et nuit durant les quatre premières semaines après l’opération. En outre, il est parfois conseillé de porter un bandage élastique sur la poitrine . Tous les mouvements qui peuvent être effectués sans douleur sont autorisés. Durant les six premières semaines suivant l’opération, il est recommandé de ne pas faire de sport, ne pas porter de charge ni de lever les bras au-dessus de la tête. Un massage précautionneux du sein avec une crème ou une lotion peut assouplir la cicatrice. Votre chirurgien plasticien vous indiquera quand le faire.

Résultats

L’augmentation mammaire est une intervention médicale raisonnable donnant souvent de beaux résultats et des patientes ravies.

En savoir plus sur l'augmentation mammaire

Source: Communication envoyée
publié le : 13/04/2017 , mis à jour le 12/04/2017

Réactions à "L'augmentation mammaire"

L'augmentation mammaire

par BACHELIN, 13 octobre 2015 à 00:05

J'ai une prothèse silicone depuis plus de 10 ans,pas de problèmes apparents,faut-il absolument la changer, risques ?

Réagissez

Masquer mes données personnelles :
votre nom et votre adresse e-mail n'apparaîtront pas avec votre réaction
Prévenez-moi en cas de réaction à mon message :
vous serez prévenu lorsque quelqu'un réagira à votre message.
signes restants.
passionSanté.be sur Facebook

pub
x

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter: