Le cerveau contrôlé par les bactéries intestinales ?

Dernière mise à jour: décembre 2014 | 9957 visites
tek-hoofd-hers-alt-170-400_02.jpeg

news Selon les résultats de deux études, réalisées en Suède et à Singapour, il semblerait que l’activité du cerveau puisse être influencée par la flore intestinale, c’est-à-dire les bactéries présentes dans le système digestif. En tout cas, c’est ce qui a été mis en évidence, dans un premier temps, chez la souris.

Les chercheurs (attachés au Karolinska Institutet suédois et au Genome Institute de Singapour) ont comparé le comportement de souris possédant ou non des bactéries intestinales. Dans la mesure où toutes – comme l’être humain – naissent avec une flore intestinale, il a donc été nécessaire de procéder à des manipulations chez une partie de ces rongeurs pour éliminer cette présence bactérienne.

La piste est ouverte pour des études chez l'homme


Après observation des réactions des deux groupes de souris, il est apparu que celles qui sont exemptes de bactéries intestinales se montrent plus actives, moins anxieuses et plus audacieuses que les autres. Autre élément : lorsque les souris « sans germes » sont exposées à des bactéries à un stade précoce de l’existence (elles sont ainsi « recolonisées »), elles présentent, à l’âge adulte, des comportements similaires à leurs congénères. Par contre, si cette exposition bactérienne intervient plus tard, la modification comportementale ne se produit pas.

Il existerait donc une période critique, au début de la vie, où les bactéries détermineraient d'une manière ou d'une autre le comportement à l'âge adulte. Pour comprendre ce mécanisme, les spécialistes se sont penchés sur l’expression des gènes dans le cerveau. Et ils ont alors constaté des variations, entre les deux groupes, dans les régions cérébrales impliquées dans le contrôle moteur et le comportement anxieux.

Les chercheurs précisent : « Il est important de noter que cette nouvelle connaissance ne s’applique pour le moment qu’aux souris, et qu’il est trop tôt pour dire quoi que ce soit au sujet des effets des bactéries intestinales sur le cerveau humain ». Mais la piste est là…


publié le : 24/05/2011 , mis à jour le 18/12/2014
pub

© 2019 Gezondheid NV - Aucun élément de ce site ne peut être copié, reproduit ou publié sans autorisation écrite de l'éditeur.  
versie 6.18
cim metriweb