Hypocondriaques : malades de se croire malades

Dernière mise à jour: décembre 2017 | 1 réactions | 20052 visites

dossier Ils sont moqués, raillés, incompris, ils agacent, irritent leur entourage, ils font sortir les médecins de leurs gonds : mais les premiers à souffrir de leur condition, ce sont eux.

Les hypocondriaques, que Molière a caricaturés dans son célèbre Malade imaginaire, ne sont pas des simulateurs, n’inventent pas des plaintes pour le plaisir de se faire remarquer. Ils souffrent d’un vrai trouble psychiatrique, particulièrement difficile à vivre et à traiter.

La santé, une inquiétude permanente

Le propre de l’hypocondriaque est de percevoir le moindre signal de son corps comme la manifestation d’une maladie, forcément sérieuse, et potentiellement mortelle. Pire : dans certains cas, aucun symptôme n’est nécessaire. Le simple fait, au cours d’une conversation, de prononcer le mot scanner ou hôpital, voire tout bonnement de s’enquérir de l’état de santé de l’hypocondriaque suffit à déclencher une crise d’angoisse.

hypochondrie--man-180.jpg
Le DSM-IV, un ouvrage psychiatrique de référence, a formalisé les critères de diagnostic de l’hypocondrie :

• Préoccupation centrée sur la crainte ou l’idée d’être atteint d’une maladie grave, et fondée sur l’interprétation erronée de symptômes physiques.

• La préoccupation persiste malgré un bilan médical approprié et rassurant.

• La croyance ne revêt pas une intensité délirante et ne se limite pas à une préoccupation centrée sur l’apparence.

• La préoccupation est à l’origine d’une souffrance cliniquement significative ou d’une altération du fonctionnement social, familial ou professionnel.

• La durée de la perturbation est d’au moins six mois.

• La préoccupation n’est pas la conséquence, ou plus précisément ne s’explique pas uniquement par une anxiété généralisée, un trouble obsessionnel-compulsif, un trouble panique, un épisode dépressif majeur, ou encore une angoisse de séparation.

Sur ce dernier point, on notera néanmoins que l’hypocondrie relève des troubles de nature anxieuse, et se rapproche beaucoup du trouble obsessionnel-compulsif (TOC). Le diagnostic est porté lorsque le thème des obsessions (crainte de la maladie) ou des compulsions (comportement de recherche de réassurance) est exclusivement en rapport avec les peurs ou l’idée d’avoir une ou des maladies, sur la base d’une mauvaise interprétation des symptômes physiques.

Si la préoccupation d’avoir une maladie s’accompagne de rituels tels des lavages excessifs, un comportement de vérification en rapport avec la peur de la maladie, ou encore la crainte de la propager ou de l’attraper (avec propension à ne pas serrer la main, par exemple), un diagnostic supplémentaire de TOC peut être posé.

Un pic entre 20 et 30 ans

Il est difficile d’estimer la proportion de personnes souffrant d’hypocondrie. On sait que le trouble touche davantage les hommes que les femmes ; et qu’un pic d’incidence survient entre 20 et 30 ans. Ceci étant, l’hypocondrie peut apparaître dès l’enfance, ou tard dans l’existence.

Des estimations indiquent que 4 à 9% des consultations en médecine générale sont sans objet, ou plutôt ne sont pas motivées par un « vrai » problème médical. Toutefois, les patients hypocondriaques, enfermés dans la hantise de la maladie, sont beaucoup plus rares.

Un « bête » battement cardiaque…

L’hypocondriaque interprète exagérément le moindre signe physique. A l’instar du jaloux maladif (la comparaison n’est établie qu’à titre d’illustration), il va déclencher, au départ d’un événement anodin, un scénario absurde, irréaliste, catastrophique.

Une simple quinte de toux sera traduite comme la manifestation d’un cancer du poumon, une plaie induira la crainte d’une amputation, un bête battement cardiaque perçu comme un peu vif annoncera l’imminence d’un infarctus, un mal de tête convaincra du développement d’une tumeur au cerveau…

En fait, tout débouche sur la conviction qu'il existe une maladie cachée.

La quête du diagnostic dramatique

stetosc-voorschr--170_400_04.jpg
Nombre d’entre nous avons un jour ou l’autre présenté une forme (mineure) d’hypocondrie, en ce sens que l’on a cru souffrir d’un mal plus grave que ce qu’il en était réellement. Une simple visite chez le médecin, le cas échéant complétée par l’un ou l’autre examen, a suffi à rassurer.

Pour l’hypocondriaque, la situation est totalement différente.

En fait, le diagnostic médical ne le satisfait pas. Il multiplie les visites chez les spécialistes, et peu importe leur avis ou la quantité d’examens réalisés, et aux résultats négatifs, il n’est pas apaisé. Ou alors temporairement, ce qui le conduira à reprendre sa quête d’un diagnostic dramatique. A ce propos, il est nécessaire d’introduire une distinction entre deux grandes catégories d’hypocondriaques.

Tous courent les médecins et les examens en tous genres, mais alors que les uns sont avides de résultats et de diagnostics – auxquels ils ne croient pas, ou peu - ; les autres vont se faire prescrire une multitude de scanners et de prises de sang, soit auxquels ils ne se soumettront pas, soit dont ils ne voudront même pas connaître le verdict.

« Vous ne me la ferez pas, docteur ! »

123-p-dokter-vr-170-6.jpg
La relation entre l’hypocondriaque et le corps médical est d’une nature très compliquée. Beaucoup de praticiens – on pense surtout ici aux médecins généralistes – finissent pas s’agacer prodigieusement, et à se fâcher sur leur patient. C’est que celui-ci, par définition, met constamment en doute la pertinence de l’évaluation médicale.

Et qu’à force d’expérience et d’informations puisées à diverses sources (Internet joue aujourd’hui un rôle crucial), l’hypocondriaque finit par acquérir des connaissances, un jargon, une structure de raisonnement, et à les opposer au discours de son médecin. Il convient de remarquer, aussi, que l’hypocondriaque est rusé, et, dans un premier temps en tout cas, parvient à tromper le praticien, qui s’échine à trouver… ce qui n’existe pas.

Enfin, dans des pays où le prix d’une consultation reste très abordable et où chacun bénéficie du droit le plus strict de s’adresser au médecin – généraliste ou spécialiste - de son choix et à en changer autant de fois qu’il le souhaite, le champ d’action pour un hypocondriaque est large. D’autant que dans sa quête de vérité, il brassera un large éventail de disciplines médicales pour en avoir le cœur net (un aboutissement illusoire, évidemment).

Explorer l’enfance et la relation au père

Les origines de l’hypocondrie ne sont pas claires. Le caractère anxieux de cette personnalité est évident ; et une composante schizophrène ou paranoïaque peut intervenir. Sans doute aussi une frange des hypocondriaques exprime un déficit d’attention, un manque d’estime de soi qu’il cherche à compenser en cristallisant l’intérêt, et attirant la compassion de son entourage sur les maux dont il dit souffrir, et le danger de mort qui le menacerait.

Une attitude qui pourrait remonter à l’enfance, alors qu’il ne bénéficiait du plein soutien de ses parents que lorsqu’il était souffrant.

Des spécialistes observent que beaucoup d’hypocondriaques ont été confrontés très tôt à l’univers médical, en raison de la proximité avec un grand-père médecin, d’une maman surprotectrice et paniquée au moindre bobo de l’enfant, d’un papa victime d’une longue maladie…

A propos du père, un psychiatre soulignait naguère que « dans beaucoup de cas d’hypocondrie, il s’agit d’un père qui, aux yeux de l’extérieur, semble un homme respecté, important, voire créateur, mais le fils sait qu’il ne tient pas du tout ses engagements, que c’est une image derrière laquelle se cachent de nombreuses failles et faiblesses ».

Fascination et disqualification : l’essence de la relation entre l’hypocondriaque et son médecin.

Confronter le patient à ses propres peurs

123-p-vr-bed-psy-angst-170-4.jpg
La prise en charge de l’hypocondrie soulève de grosses difficultés, tant l’obsession est ancrée dans l’individu. Il n’est pas rare que la démarche thérapeutique soit déclenchée par la compagne du patient.

Jusqu’alors compréhensive, attentive aux plaintes (l’hypocondriaque présente un côté manipulateur), il vient un moment où cette anxiété permanente – qui risque d’empiéter considérablement sur la qualité de vie familiale et nuire à l’activité professionnelle – devient insupportable. Elle insiste pour que son partenaire consulte… à bon escient cette fois.

Comment le thérapeute peut-il intervenir, sachant que son interlocuteur va se sentir nié au plus profond de lui-même ? A l’instar du trouble obsessionnel-compulsif, il convient de confronter le patient aux idées qui lui font peur, et ceci de manière prolongée et répétée, afin de réduire les réactions anxieuses.

Il est également question de restructuration : le sujet est invité à énoncer ses craintes par rapport à la santé, puis à s’auto-évaluer et à noter la fréquence des conduites médicales inappropriées. L’intention consiste à corriger les pensées automatiques et les fausses croyances renforçant l’idée d’être malade.

La dernière étape est dite de consolidation, afin de repérer les facteurs déclenchant les angoisses et la demande de soins inutiles. L’hypocondrie peut également être abordée comme une forme d’addiction, avec la mise en œuvre d’un sevrage comportemental.


publié le : 30/11/2017 , mis à jour le 07/12/2017

Réactions àà "Hypocondriaques : malades de se croire malades"

Hypocondriaques : malades de se croire malades

par anonyme, 1 mars 2013 - 17:10

Suis-je dans ce cas....? x examens médicaux dans la normale mais une tachycardie/bradycardie très souvent et des symptomes réellement relevé par des médecins mais qui n'ont as d'origines pathologiques. Puisje raiment me déclencher ces troubls du rythme pour que l'on s'occupe de moi? Si c'estnle cas je m'autodétruit.....Que faire, j'ai déj vu un psychiatre un an et on a pas trouvé de remèdes et lui aussi il doute comme le cardiologue mais tand qu'il ne trouve rien pour eux je suis la cause de mon problème, je suis à bout de course, pommé, anxieux et en colère. Merci pour votre retour, Cdt

Réagissez

Masquer mes données personnelles :
votre nom et votre adresse e-mail n'apparaîtront pas avec votre réaction
Prévenez-moi en cas de réaction à mon message :
vous serez prévenu lorsque quelqu'un réagira à votre message.
signes restants.
pub
x

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter: