Allergie : votre chambre interdite au chat !

Dernière mise à jour: mai 2012 | 5304 visites
kat-hand-170_400_02.jpg

news Parmi les conditions qui favorisent l’allergie au chat, le fait de l’autoriser à séjourner dans la chambre constitue un facteur de risque majeur.

C’est le constat posé au terme d’une étude réalisée par une équipe de l’université de Vérone, qui a suivi durant une dizaine d’années un panel de quelque 6.000 sujets, âgés de 20 à 44 ans, et originaires des quatre coins de l’Europe. Au départ, tous ont subi un prélèvement sanguin, qui a vérifié qu’ils n’étaient pas allergiques aux squames du chat (l’agent allergène spécifique, en réalité, alors que beaucoup pensent à tort que ces allergies sont déclenchées par les poils). L’écrasante majorité d’entre eux ne possédaient pas de chat à cette époque. Au terme de la période d’observation, une seconde prise de sang a été effectuée.

Laver son chat une fois par semaine !

Il est apparu, ainsi que les auteurs l’expliquent dans le « Journal of Allergy and Clinical Immunology », qu’environ 4% des participants avaient entre-temps développé une allergie au chat. Après croisement d’une série de données, il s’avère que ceux qui ont adopté un chat entre les deux phases de contrôle s’exposent à un risque multiplié par deux de développer une allergie, par rapport à ceux qui en avaient un au départ.

Ensuite, le fait d’être sensible à d’autres types d’allergènes accroît la probabilité de réagir négativement aux squames de chat. On note aussi qu’un certain degré de protection est induit par la fréquentation rapprochée d’un chat durant l’enfance.

Et puis, il y a la chambre à coucher. Les chercheurs italiens insistent en effet sur la nécessité, lorsqu’un chat vit au domicile familial, de ne jamais le laisser séjourner dans cette pièce. Cette (mauvaise) habitude semble en effet créer les conditions idéales pour la manifestation de l’allergie. Et ils conseillent de laver l’animal une fois par semaine, afin de le débarrasser autant que possible des squames. Plus facile à dire qu'à faire…


publié le : 20/03/2012 , mis à jour le 07/05/2012
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci