L'air conditionné, une cata pour la nuque !

Dernière mise à jour: mai 2012 | 50889 visites
airco_bakje-170_400_02.jpg

news L'air conditionné dans l'auto, au bureau, dans le train, dans les couloirs, dans les chambres d'hôtels, mais également les courants d'air créés volontairement en été pour rafraîchir une pièce, les ventilations en avion, dans les grands magasins, ou toute source d'air froid peuvent entraîner d'importants inconforts, voire des douleurs au niveau de la nuque (en-dehors de certaines allergies, problèmes de la sphère ORL, maux de tête, etc.).

Sous l'effet de l'air froid, du vent, votre nuque risque de se raidir, ses muscles vont se crisper jusqu'à entraîner d'importantes douleurs dues, par exemple, à des contractures musculaires. Il n'est pas rare qu'une personne ne sache plus tourner la tête, souffre de douleurs sévères au niveau des cervicales ou encore de torticolis en cas de courant d'air, d'air conditionné.

Que faire pour limiter les dégâts ?

Fuyez les courants d'air et l'air conditionné. Veillez à ne pas conduire la fenêtre ouverte ou à mettre la climatisation en voiture. Evitez, lorsque vous dormez la fenêtre ouverte, que l'air froid atteigne votre nuque. Dans les transports en commun mais également dans un taxi, prévoyez - été comme hiver - un foulard ou une écharpe à nouer autour du cou.

Dès que les premiers signes de gêne se font ressentir, prenez une douche chaude en plaçant le pommeau de la douche sur votre nuque (attention à ce que l'eau ne soit pas trop chaude pour éviter les brûlures cutanées). Vous pouvez également placer un coussin chauffant à base de noyaux de cerises ou encore des packs chauffants ou une bouillotte sur votre nuque douloureuse. Des pommades chauffantes peuvent aider de façon ponctuelle. Des massages décontractants peuvent également vous soulager. A faire chez son kiné ou à faire réaliser par son partenaire ou une tierce personne.

Si les douleurs persistent, consultez votre médecin généraliste. Jamais d'automédication. Prenez éventuellement du paracétamol ou un anti-inflammatoire sur avis médical ou suivi du généraliste et/ou du pharmacien. Le médecin pourra également vous recommander un médicament contre les contractures musculaires, un myorelaxant ou un décontractant.


publié le : 31/03/2012 , mis à jour le 07/05/2012
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci