Pour manger moins : petites assiettes et grandes fourchettes

Dernière mise à jour: mai 2012 | 4639 visites
vlees-vork-eten-170-400_03.jpg

news La taille de la vaisselle – mais aussi sa couleur ! – influe sur la quantité de nourriture ingérée au cours du repas.

Le « Journal of Consumer Research » a consacré un dossier à cette association, établie à la suite d’une série d’expériences aux résultats assez surprenants. L’une d’entre elles a ainsi consisté à demander à quelque deux cents étudiants de verser une quantité précise de soupe à la tomate dans sept bols de tailles différentes : l’un correspondant précisément à la quantité de soupe prédéfinie, trois plus grands et trois plus petits. Résultat, plutôt logique : les participants ont versé davantage de soupe dans les plus grands bols.

Dans un contexte quotidien, comme l’a démontré une étude réalisée dans des camps d’été pour jeunes, le fait de proposer de grands contenants incite à se servir des quantités de nourriture plus importantes, et, de fait, à manger davantage.

Contraste très net, portions plus petites

Il en va ainsi, aussi, lorsque la couleur de l’assiette est similaire à celle de la nourriture que l’on y dépose. Il apparaît qu’un contraste très net entre les deux (contenant et contenu) intervient comme un « modulateur visuel », et conduit à diminuer les portions. Des chercheurs ont constaté ce phénomène en proposant à des volontaires de se servir des pâtes à la sauce blanche dans des assiettes soit blanches, soit rouges ; avec, dans ce dernier cas, une réduction de 20% en moyenne de la portion.

Enfin, et ce n’est pas le moins étonnant, une dernière expérience a conclu que le fait de manger avec une grande fourchette (par rapport aux modèles, disons, standards) permet, ici aussi, de diminuer les quantités ingérées.

Des petits trucs qui ne feront pas perdre des kilos d’un coup de baguette magique, mais qui peuvent s’avérer intéressants sur le long terme.


publié le : 09/05/2012 , mis à jour le 08/05/2012
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci