Arrêter de fumer : des bienfaits immédiats

Dernière mise à jour: mars 2016 | 13521 visites
123-roken-sigaret-stop-9-7.jpg

news Les bienfaits de l'arrêt de la cigarette sont nombreux et souvent rapides, en particulier pour le coeur et les poumons.

Ceci devrait encourager les fumeurs à essayer d'arrêter et observer ainsi les effets qui les motiveront à persévérer... même si c'est difficile.

Pour l'organisme dans son ensemble

• Vingt minutes après avoir arrêté de fumer, le rythme cardiaque et la tension reviennent à la normale.

• Après huit heures, la quantité de nicotine et de monoxyde de carbone présente dans l'organisme aura diminué de moitié. La quantité d'oxygène dans le sang est de retour à la normale.

• Après 48 heures, toute trace de nicotine aura disparu.

• Après 48 heures aussi, les sensations de goût et d'odorat se seront considérablement améliorées.

• Entre deux et douze semaines après l'arrêt de la cigarette, la circulation sanguine se sera également améliorée.

Pour le coeur

• Après 24 heures, le risque d'infarctus diminue déjà. Il sera réduit de 50% après un an.

• Après quinze ans, un ancien fumeur court autant de risque qu'une personne qui n'a jamais fumé de faire un jour un infarctus.

• Arrêter de fumer offre de meilleures perspectives de rétablissement après un infarctus. Après un an, le risque de récidive sera diminué de moitié et le risque de décès sera réduit de 40%.

Pour les poumons

• Après 24 heures, le monoxyde de carbone a été éliminé de l'organisme et le taux d'oxygène dans le sang est augmenté. Les patients atteints de BPCO le remarqueront aisément. Ils pourront plus facilement produire des efforts.

• Après 24 heures, les poumons commencent à dégager des glaires et d'autres toxiques liés à la cigarette.

• Après 72 heures, votre respiration s'améliorera et vous aurez le sentiment d'avoir plus d'énergie.

• Entre trois et neuf mois, vous constaterez une diminution des désagréments causés par la toux, les sifflements et les oppressions. Le bon fonctionnement des poumons pourra augmenter jusqu'à 10%.

• Après dix ans, le risque de contracter un cancer du poumon aura diminué de moitié par rapport aux personnes qui auront continué à fumer.


publié le : 06/03/2016 , mis à jour le 14/03/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci