Les heures de sommeil agissent sur le poids

Dernière mise à jour: septembre 2012 | 13356 visites
123-man-slapen-uurwerk-moe-170_07.jpg

news La durée du sommeil influe sur l’indice de masse corporelle (IMC). Et dormir moins d’heures ne signifie pas prendre moins de kilos.

Ces recherches conduites à l’initiative de plusieurs universités américaines se sont en fait intéressées à l’influence des facteurs génétiques sur l’IMC, en liaison avec la durée du sommeil.

Ainsi, un millier de paires de jumeaux, dont 60% de monozygotes (« vrais »), ont été recrutés. Leur âge moyen était de 37 ans, et leur IMC moyen s’établissait à 25. Trois groupes ont été constitués, selon que la personne dormait moins de sept heures par nuit, entre sept et neuf heures, ou neuf heures et davantage. Il s’avère (le détail est publié dans la revue « Sleep ») que dormir neuf heures ou plus par nuit est associé à un IMC – légèrement – inférieur ; alors que peu d’heures de sommeil se traduisent par un IMC plus élevé.
Ce que tend à démontrer cette étude, c’est que les facteurs génétiques (liés à la prise de poids) semblent s’exprimer de manière plus importante lorsque le temps de sommeil est relativement court ; et à s’assoupir, en quelque sorte, lorsqu’il est long. Les auteurs observent à ce propos, mais ils évoquent cela sans prétendre établir un lien de cause à effet, que la durée de sommeil a nettement diminué ces dernières décennies, alors que le taux d’obésité, lui, a considérablement augmenté. S’arrêter à cela serait évidemment plus qu’hasardeux ; l'excès de poids tenant bien entendu, d'abord et avant tout, au régime alimentaire et à la sédentarité. Ceci étant, à mode de vie équivalent, la combinaison entre génétique et sommeil pourrait donc avoir son influence.

On ajoutera que beaucoup de travaux ont mis en évidence les risques pour la santé associés à une durée du sommeil trop courte ou trop longue ; encore qu’il reste à mieux comprendre si le temps de sommeil constitue un risque en tant que tel, ou s'il est une manifestation d’un problème médical sous-jacent.


publié le : 28/09/2012 , mis à jour le 27/09/2012
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci