E-mails : et si on faisait une petite pause ?

Dernière mise à jour: août 2012 | 12615 visites
123-e-mail-logo-tek.jpg

news La connexion (quasi) permanente et (quasi) obsessionnelle à sa boîte mail est une source importante de stress. Il faut s’accorder des pauses !

Plus facile à dire qu’à faire, évidemment ; mais les résultats de ces recherches doivent donner à réfléchir. Elles ont été conduites par une équipe de l’université de Californie (UC Irvine), auprès d’un panel d’employés, équipés pour l’occasion d’un enregistreur de fréquence cardiaque. Les ordinateurs à usage professionnel disposaient d’un programme destiné à calculer les basculements d’une fenêtre à l’autre. En l’occurrence (et le résultat est avant tout intéressant pour les ordres de grandeur), les utilisateurs connectés en permanence à leur boîte mail changent de fenêtre jusqu’à 37 fois par heure, contre 18 fois pour les autres.

En soi, ce n’est pas un problème, sauf qu’il apparaît que la fréquence cardiaque des « connectés » est constamment plus élevée, avec un état de stress permanent. Le souci, aussi, c’est que ceux qui ne parviennent pas à « décrocher », une fois qu’ils ont quitté leur lieu de travail, continuent à évoluer dans une sorte d’état d’alerte.

La recommandation des chercheurs (qui ont présenté leurs travaux lors d’un congrès spécialisé) repose sur deux axes : d’abord, il est nécessaire de s’accorder des « pauses mails » durant les heures de boulot ; et ensuite, d’essayer autant que possible de prendre de la distance avec ses courriels professionnels en dehors du bureau. Et ce dernier point est particulièrement bénéfique durant le week-end, et pendant ses congés. Ces périodes de recul (quelques jours suffisent) permettent de retrouver un rythme cardiaque « normal » (en termes de variabilité), apaisent le stress et contribuent à un état d’esprit à la fois plus serein et plus positif lorsque le moment est venu de reprendre ses activités.


publié le : 22/08/2012 , mis à jour le 21/08/2012
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci