Régime : l’effet yo-yo n’est pas une fatalité

Dernière mise à jour: novembre 2012 | 4178 visites
dieet-jojo-170_400_05.jpg

news Les femmes qui ont été confrontées à l’effet yo-yo des régimes amaigrissants ne doivent pas se décourager : une perte de poids durable est toujours possible.

C’est l’enseignement très positif qu’il faut retenir de cette étude réalisée par une équipe de l’université de Washington : rien n’est perdu, il n'y a pas de fatalité. Ce suivi a concerné quelque cinq cents femmes, en surpoids ou obèses. Environ 40% d’entre elles avaient connu au moins un épisode de régime yo-yo (perte moyenne de dix kilos, puis reprise du même poids ou davantage), et à plusieurs reprises pour une sur deux.

Les dames ont été réparties, au hasard, dans une série de groupes ; avec, dans chacun d'entre eux, un programme d’amaigrissement spécifique (réduction des apports caloriques, exercices physiques, accompagnement par un professionnel, combinaison de l’une ou l’autre de ces approches…). Après un an, aucune différence n’a été constatée, quel que soit le critère d’évaluation (IMC, pression artérielle, masse graisseuse, glycémie…), entre les participantes avec antécédents d'effet yo-yo et les autres.

Sans surprise, la prise en charge la plus efficace repose sur les apports caloriques réduits, avec activité physique et encadrement par un professionnel de la santé. En d’autres termes, les échecs du passé ne doivent pas plomber l'espoir en l’avenir. L'important, c'est que la méthode d'amaigrissement soit bien coordonnée et bien réfléchie.

Ces résultats ont été publiés dans la revue « Metabolism ».


publié le : 20/11/2012 , mis à jour le 19/11/2012
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci