A l’adolescence, l’excès d’alcool peut être catastrophique

Dernière mise à jour: avril 2013 | 3915 visites
alcoh-tieners-170_400_04.jpg

news Le cerveau du jeune adolescent est en pleine maturation : quelques épisodes d’abus d’alcool pourraient suffire à déclencher un phénomène d’addiction.

La pratique du « binge drinking » (biture express) constitue un facteur de vulnérabilité majeur à la dépendance alcoolique. Or, ce comportement gagne du terrain chez les adolescents. Des chercheurs de l’Inserm (Institut national français de la santé et de la recherche médicale) ont procédé sur des rats (un modèle fiable), afin de mieux comprendre les mécanismes qui entrent en jeu.

Les rongeurs ont reçu des injections d’éthanol à plusieurs stades de leur adolescence, dans des quantités et à un rythme équivalents au binge drinking chez l’humain. Les spécialistes ont mis en évidence trois éléments importants.

• Les intoxications au début de l’adolescence conduisent bien davantage à consommer plus tard de l’alcool en excès.
• L’éthanol administré durant cette période perturbe la consolidation du noyau accumbens, une région du cerveau cruciale dans le système de récompense, de plaisir et… d’assuétude, ce qui expose au développement d’une dépendance.
• Le « binge drinking » agit sur deux gènes connus pour jouer un rôle important dans la dépendance à l’alcool.

Autant dire que si les « bitures express » doivent être évitées à tous les âges, c’est en particulier le cas chez l’ado.

[Source : Neuropharmacology]


publié le : 17/04/2013 , mis à jour le 15/04/2013
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci