Les médecins moins aimables avec les patients en surpoids

Dernière mise à jour: juillet 2013 | 10492 visites
123-p-dokter-patient-170-7.jpg

news Le constat est vraiment étonnant : les médecins généralistes se montrent moins chaleureux envers leurs patients en excès de poids.

Pourquoi ? Nous y viendrons. Cette équipe de l’université Johns Hopkins (Baltimore) a placé… des micros dans les cabinets de plusieurs dizaines de généralistes et a enregistré le déroulement de quelque deux cents consultations, motivées par une hypertension artérielle, impliquant des patients obèses (IMC > 30), en surpoids (IMC entre 25 et 30) ou de poids normal (IMC < 25). Les échanges ont été analysés sur base d’une grille qui explore les aspects techniques (évaluation, diagnostic, traitement…) et émotionnels.

Les résultats montrent que dans l’ensemble, les patients ont été traités de la même manière sur un plan purement médical. Par contre, explique le Dr Rodi Courie (Journal international de médecine), « quand on analyse les rapports émotionnels, on trouve une différence significative : avec les patients en surpoids ou obèses, les médecins étaient moins empathiques, moins compatissants, moins chaleureux qu’avec les personnes de poids normal ».

Un cercle vicieux


Selon les chercheurs, cette faiblesse des relations émotionnelles (même si l’aspect technique est respecté) risque de compromettre les relations médecin-patient et en fin de compte la qualité des soins. Des travaux antérieurs ont en effet montré que le manque d’empathie de la part du praticien affecte le respect des recommandations thérapeutiques et l’efficacité des conseils concernant le changement du mode de vie.

On se trouve dans une sorte de cercle vicieux puisque, poursuit le Dr Courie, « ce manque d’empathie serait dû en particulier à la frustration des médecins face à l’absence de résultats dans la lutte contre l’obésité, malgré leur insistance et leurs conseils répétés à chaque consultation ». Mais la faute incombe-t-elle au seul patient ? « Beaucoup de médecins sous-estiment la complexité de l’obésité et la difficulté de la perte de poids, qui est loin d’être un simple manque de volonté. »

Source: Obesity (http://onlinelibrary.wiley.)
publié le : 21/07/2013 , mis à jour le 20/07/2013
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci