Les mouches frustrées sexuellement meurent plus vite

Dernière mise à jour: avril 2014 | 3135 visites
dier-vlieg-170_560_05.jpg

news Les mouches à fruits mâles qui n’ont pas la possibilité de s’accoupler dépérissent à un rythme accéléré.

La frustration augmente leur stress, diminue leur appétit et épuise leurs réserves de graisse, ce qui finit par les tuer. C’est ce qu’ont observé ces chercheurs de l’université du Michigan, en conduisant des expériences sur ces insectes.

Dans l’une d’entre elles, ils ont utilisé des leurres sensoriels pour donner l’impression aux mouches mâles qu’elles se trouvaient dans un environnement sexuellement très favorable, alors que les autres mouches présentes dans le bocal étaient elles aussi des mâles, mais modifiés génétiquement pour produire des phéromones femelles. En d’autres termes, les mouches étaient surexcitées, mais dans l’incapacité de s’accoupler. Résultat : elles vieillissent rapidement et meurent précocement.

Un autre test a consisté à manipuler (par l’administration de certaines protéines) les niveaux d’anxiété et de libido des mouches : celles privées de la sorte de « récompense sexuelle » suivent le même chemin. Si une sexualité épanouie n’est pas forcément un gage de longue vie, une sexualité fortement contrariée expose à de sérieux risques de dépérissement.

Et ceci chez une espèce de mouche qui est fréquemment utilisée pour étudier les mécanismes du vieillissement, avec des enseignements chez l’homme...

Source: Science (www.sciencemag.org)
publié le : 08/04/2014 , mis à jour le 08/04/2014
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci