A quoi tient la solidité d’un couple ?

Dernière mise à jour: septembre 2019 | 13934 visites
koppeltje-roodkus-170_400_05.jpg

news Une vaste étude s’est intéressée à la satisfaction dans le couple et aux facteurs qui la minent ou qui la renforcent.

Quelque cinq mille couples britanniques – mariés ou non, avec ou sans enfant, hétéro ou homosexuels - ont participé à cette enquête coordonnée par l’Open University. Les résultats confirment en fait ce que l’on pouvait pressentir, ce qui n’enlève rien à leur intérêt. Et chacun pourra s’en inspirer.

Quels sont les éléments qui consolident le couple ?

Les attentions, un « merci », un petit geste.

La reconnaissance par l’un et l’autre du temps et des efforts investis dans le couple et dans la famille.

Le partage des tâches au quotidien.

La communication : l’expression et l’écoute, avec sincérité et franchise.

La proximité émotionnelle, la confiance, l’encouragement, l’amitié, la gentillesse, le respect, la tendresse.

Les mots et les preuves d’amour : « Je t’aime », un petit surnom.

L’humour, le rire, la bonne humeur.

Etre présent pour son partenaire en cas de besoin, lui consacrer du temps, partager ses centres d’intérêt et ses projets, s’ouvrir à l’autre… : voilà sur quoi insistent les répondants. Et ce sont ces éléments-là qui font qu’un couple va durer, dans la mesure où ils aident à surmonter les inévitables écueils, les colères, les frustrations.

L’enquête montre d’ailleurs que plus nombreux et plus intenses ont été les coups durs, plus la satisfaction relationnelle augmente lorsque le couple a réussi à y faire face. Ceci ne signifie pas forcément que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, mais quand on se serre les coudes dans les moments difficiles, cela permet de mieux apprécier les instants plus sereins. Et au jour le jour, un geste, un détail, un mot, font une grande différence.

Source: The Open University (www.openuniversity.edu/?gcl)
publié le : 07/04/2014 , mis à jour le 25/09/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci