Euromelanoma : un dépistage gratuit du cancer de la peau

Dernière mise à jour: novembre 2016 | 14467 visites
dr-oz-melanoma-170.jpg

news Comme chaque année depuis 1999, en Belgique et dans trente-deux autres pays européens, Euromelanoma organise une vaste campagne de prévention des cancers de la peau. Le slogan : "Vous n'ignorez pas ceci (avec la photo d'une mygale sur un bras) Alors, n'ignorez pas cela (avec des photos de lésions cutanées cancéreuses)". Euromelanoma vise à sensibiliser le grand public au cancer de la peau, en augmentation constante.

Le mélanome malin est encore trop négligé alors que son taux de mortalité reste élevé, surtout chez les personnes de plus de 50 ans. Chacun aura donc la possibilité de se faire examiner gratuitement (deux cents dermatologues participent à cette action en Belgique).

Quand ? Pendant la semaine du 19 au 23 mai.

Comment procéder ? Pour bénéficier d'un dépistage gratuit, il suffit de s'inscrire (sans trop tarder) sur le site www.euromelanoma.org. En fonction du lieu de résidence, un rendez-vous sera fixé chez un dermatologue. Sinon, contactez un dermatologue de votre choix : une visite de contrôle annuelle est vivement recommandée et elle est remboursée.

Réagir au moindre doute


Le cancer de la peau est relativement simple à détecter, pour autant que l'on soit vigilant : apparition d'une tache pigmentaire aux contours irréguliers, modification de la taille, de l'aspect ou de la couleur d'un grain de beauté ou s'il se met brusquement à saigner. Il conviendra alors de consulter rapidement un dermatologue. Il ne s'agira pas nécessairement d'un mélanome malin, mais il faut toujours vérifier.

Cette année, l'attention est attirée sur le déni. En effet, un tiers des patients belges retardent leur visite chez le médecin après l’apparition des premiers signes de cancer de la peau, ce qui peut avoir des conséquences catastrophiques.

Les personnes à la peau claire, qui passent beaucoup de temps au soleil, qui font des séances d'UV (banc solaire) ou qui ont des antécédents familiaux sont considérées comme les plus à risque.

Source: B.Simon
publié le : 14/04/2014 , mis à jour le 23/11/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci