Cancer de la peau : il n'y a pas que le mélanome malin

Dernière mise à jour: novembre 2016 | 8173 visites
123-dr-kijken-vergrootgl-huidca-oz-man-170-04.jpg

news Les diagnostics de cancer cutané sont en augmentation constante. Le type le plus connu est le mélanome malin, mais il n'est pas le seul. L'exposition inconsidérée aux rayons ultraviolets (soleil et banc solaire) explique cet accroissement.

Le mélanome est le cancer de la peau le plus agressif, avec un taux de mortalité très élevé. Il peut se développer à n'importe quel endroit du corps, soit sans lésion préalable, soit au départ d'un grain de beauté (30 à 50% des cas).

Les zones les plus souvent touchées sont le tronc chez l’homme et les jambes chez la femme. Les cellules malignes commencent à proliférer dans les couches profondes de l’épiderme jusqu'à envahir le derme. Il peut métastaser très rapidement. La précocité de son diagnostic permet d'augmenter les chances de guérison.

Les trois autres cancers cutanés


Ces formes sont beaucoup plus fréquentes que le mélanome malin. Elles touchent essentiellement les zones les plus exposées aux rayons ultraviolets : le visage, les oreilles, le nez, le sommet du crâne (en cas da calvitie), le dos de la main et les avant-bras.

Si le diagnostic est posé suffisamment tôt, la guérison est fréquente. Toutefois, ces cancers peuvent aussi métastaser. C'est la raison pour laquelle les personnes qui ont été traitées pour ce type de cancer devront être suivies par un dermatologue et se protéger correctement contre les rayons ultraviolets.

La kératose actinique. Elle se présente par taches multiples, rouges ou rouge-brun, rugueuses, croûteuses. Ces signes concernent surtout les joues, le bout du nez, le front, les avant-bras et les épaules. La maladie fait suite à l'incapacité de l'organisme à réparer les dégâts cellulaires provoqués par des expositions répétées aux rayons ultraviolets. La kératose actinique dégénère en carcinome épidermoïde (spinocellulaire) dans 10 à 15% des cas.

Le carcinome basocellulaire. L’aspect du carcinome basocellulaire peut être divers : tache rouge croûteuse, tache blanchâtre (sclérodermiforme), nodule ulcéré ou non. Son terrain de prédilection : le visage et les autres zones exposées au soleil. Il se développe lentement, pendant plusieurs années, sans causer de grand inconfort. Non traité, il envahira les structures sous-jacentes en les détruisant (ulcérations). Le carcinome basocellulaire ne métastase pas.

Le carcinome spinocellulaire ou épidermoïde. Il trouve souvent son origine dans une kératose actinique. Il se présente sous une forme surélevée et croûteuse, faisant penser à une verrue. Dans de rares cas, il colonise les ganglions environnants ou d’autres organes. S'il est diagnostiqué de manière précoce, il peut être bien contrôlé avec un traitement adapté. Un suivi médical régulier est indispensable.

En tout état de cause, les grains de beauté doivent être contrôlés une fois par an par un dermatologue, et sans tarder en cas d'anomalie (apparition d'une tache suspecte, modification de l'aspect d'un grain de beauté...).

Infos : Euromelanoma

Source: B. Simon
publié le : 20/05/2014 , mis à jour le 23/11/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci