Secouer violemment la tête : un risque pour le cerveau

Dernière mise à jour: octobre 2014 | 11424 visites
123-p-musiek-headbang-170-10.jpg

news On appelle cela le headbang (ou headbanging) : ce type de danse est rythmé par de violents mouvements de la tête en cadence avec la musique. Attention aux conséquences…

Les amateurs de heavy metal sont de grands adeptes de cet exercice, dont l’intensité semble décuplée lorsqu’on a les cheveux (très) longs. L’histoire d’un patient allemand âgé de 50 ans a été relatée voici peu dans une revue médicale. Le Dr Anne Teyssédou (Le Quotidien du Médecin) revient sur ce cas.

L’homme a été hospitalisé dans un service de neurochirurgie alors qu’il souffrait depuis deux semaines de violents maux de tête. Il explique n’avoir subi aucun traumatisme crânien récent (coup…) et rapporte avoir pratiqué le headbang un mois auparavant, lors d’un concert du groupe britannique Motörhead (une légende du heavy metal).

Un cas exceptionnel, mais...


Les examens biologiques ne montrent rien d’anormal. Par contre, le scanner cérébral met en évidence un hématome sous-dural, c’est-à-dire un épanchement de sang dans les espaces méningés (probablement à la suite d’une rupture de petites veines). Une hémorragie, en fait, avec compression du cerveau. Un drainage a été nécessaire et huit jours plus tard, les maux de tête avaient cessé. Après deux mois de suivi, tout était rentré dans l’ordre.

Le Dr Teyssédou rappelle que si le headbang ne pose aucun problème pour l’immense majorité de ses pratiquants, il peut néanmoins être à l’origine, dans des cas exceptionnels, de conséquences gravissimes comme l’hémorragie cérébrale et le coup du lapin. Un peu ça va, mais trop…

Source: The Lancet (www.thelancet.com)
publié le : 15/10/2014
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci