Ne serrez plus la main, cognez le poing

Dernière mise à jour: octobre 2014 | 5477 visites
123-p-vuist-koppel-170-9.jpg

news Le poing contre poing (fist bump) remplacera-t-il un jour la poignée de main ? En tout cas, c’est une idée à creuser.

Pour une raison toute simple : en termes de transmission de microbes, il n’y a pas photo entre ces deux manières de se saluer. C’est ce que montre cette expérience réalisée par l’Aberystwyth University (pays de Galles). Les chercheurs ont procédé en enfilant des gants stériles et en plongeant leurs mains dans un liquide contenant des germes. Une fois les gants secs, ils ont comparé différentes méthodes de salut, impliquant – forcément – un contact manuel, avec des intensités diverses.

Résultat : deux fois plus de microbes transmis par le gant souillé lorsqu’on se serre rapidement la main par rapport au poing contre poing. Et plus la poignée de main est ferme et dure longtemps, plus la quantité de germes passant d’une personne à l’autre augmente. Cette observation n’est sans doute pas incroyablement surprenante, mais elle illustre parfaitement le propos des chercheurs : dans des situations ou dans des environnements sensibles (pensons à un hôpital ou à une épidémie de grippe), il serait utile, pour ne pas dire nécessaire, de modifier certains de nos comportements réflexes, afin de réduire le risque de transmission de germes potentiellement dévastateurs (on reprend le cas des infections nosocomiales, c’est-à-dire contractées en milieu hospitalier).

L’idéal serait de ne pas avoir de contact du tout, à l’instar du salut japonais (inclination de la tête ou du buste), ou alors avec une autre partie du bras (le coude contre coude…). Mais culturellement, le poing contre poing paraît plus naturel pour remplacer la poignée de main. Et en plus, c’est assez sympa.

Voir aussi l'article : Faut-il interdire la poignée de main dans les hôpitaux ?

Source: American Journal of Infection Control (www.ajicjournal.org)
publié le : 02/10/2014 , mis à jour le 01/10/2014
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci